*
Connect with us

Actualités

Andrew Wiggins n’a aucun problème avec Jimmy Butler : « C’est un grand leader »

Le training camp est souvent l’heure des mises au point et des objectifs pour la saison à venir. Ne pas faire les erreurs passées avant d’attaquer une saison importante. Andrew Wiggins est plein d’ambition et pour la première fois depuis longtemps, il peut jouer dans la cour des grands.

Le jeune « Wiggo » était bien dans son petit Minnesota avec sa petite fille arrivée en octobre 2018. La vie en famille dans son petit confort, c’est son truc. Adieu le froid du Minnesota, bonjour Golden State. On est pas à Los Angeles ou New-York et ça lui va très bien, surtout quand on connait l’ambiance familiale qui règne pas loin de San Francisco : « Je suis pas vraiment un gars de la ville. J’aime avoir mon espace. » Le papa célibataire s’occupait comme il peut pendant le confinement mais sans playoffs, ce fut l’occasion de s’entraîner durement, afin de préparer la saison 2021. Beaucoup de workout, un peu de call of duty et bien sûr s’occuper de sa fille. En seulement 12 rencontres avec les dubs, Andrew Wiggins a tourné à 19.4 points par match et s’est montré convaincant en défense. L’objectif reste le même depuis le début de sa carrière, décrocher les étoiles, plus précisément au ASG, bien qu’il n’aura pas lieu cette saison :

« Je veux être un All-Star. Ca a toujours été mon but d’être All-Star, l’être dans une équipe gagne. »

Être All-Star n’est pas forcément tourner à 25 points par match. Être un joueur important dans une équipe qui gagne peut suffire. Sans Klay Thompson, Andrew Wiggins a l’occasion de devenir vraiment quelqu’un cette saison. Entre le jeu à haut pace et fastbreak des Warriors, qui adorent faire tourner le ballon, un athlète comme Wiggins peut faire son trou. L’ancien de Kansas a des facilités qu’on ne peut apprendre. Jamais l’ailier n’aura gagné plus de 47 matchs en carrière et ça fait un peu tâche pour une carrière de déjà 6 années. Quand Jimmy Butler est arrivé chez les Wolves, Andrew Wiggins est passé de 23 points par match à 17 points par match. Jimmy Buckets n’a pas fit avec cette équipe de jeunes et beaucoup de bruit est sorti vis à vis de l’ambiance, jusqu’à une demande de transfert :

«C’est un grand leader. C’est quelqu’un qui vous tient responsable, quelqu’un qui va vous faire jouer plus fort et cela parle de lui-même. Vous voyez ce qu’il fait là-bas à Miami : il va vous mener sur et hors du terrain dans la bonne direction. »

Andrew Wiggins est parfois jugé comme soft et sans envie. Peut être que cette « réputation » s’envolera avec des joueurs tels que Stephen Curry et Draymond Green, des winners dans l’âme. Il faut parfois un peu d’aide pour développer son plein potentiel.

« Tu veux te battre c’est ça ? » : l’expulsion légendaire de Tim Duncan orchestrée par Joey Crawford

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités