37 ans de légende pour Lebron James : retour sur son plus gros scandale, qui aurait pu changer toute sa vie
*
Connect with us

Actualités

37 ans de légende pour Lebron James : retour sur son plus gros scandale, qui aurait pu changer toute sa vie

Lebron James fête son 37ème anniversaire, de quoi se souvenir une date clé mais pourtant sous-estimée par le grand public. Aujourd’hui on s’occupe de l’un, si ce n’est le moment le plus important de la vie de Lebron James.

Moment le plus important, alors que nous n’évoquons pas la draft, son 1er titre ou le titre de Cleveland alors vous vous dites, « qu’est ce qu’il raconte » ? Pourtant c’est bien là que tout a commencé. Scruté par les caméras depuis le lycée, James prend la grosse tête. Avec ses potes il s’enflamme souvent et il y a de quoi puisqu’il est comparé à Michael Jordan. La pression est telle qu’un magazine national titre en 1ère page « Lebron James est-il surcoté ? » Le jeune joueur a perdu la tête et la vie ne l’a pas aidé puisqu’il fut au milieu de plusieurs scandales. Dans son lycée, il est par exemple interdit de recevoir des cadeaux de plus de 100 dollars. Lebron James en recevra un de 50 000 dollars lors de ses 18 ans mais il échappe aux  sanctions. Quelques mois plus tard, il reçoit deux maillots et la sanction tombe cette fois. Il est suspendu jusqu’à la fin de la saison. Finalement, il arrive à gérer son dossier et sera suspendu seulement deux matchs.

Il sait qu’il a déconné mais qui peut lui en vouloir avec des médias qui veulent sa peau alors qu’il n’est qu’un ado. Il revient pour affronter Westchester. Il a faim, il voulait prouver beaucoup de choses et il a dit ses camardes  « Ce sera le match de ma vie ». Dans une carrière, l’important n’est pas vraiment la performance, mais comment cette performance a été réalisée. Digne d’un game 6 au TD mais en pire, James savait que tout le monde voulait qu’il se rate. Il n’allait quand même pas laisser des caméras détruire son rêve de toujours. Il n’était pas un escroc, il était juste un jeune qui a déconné, comme nous tous et la vengeance sera terrible.

52 points au total, dont 35 des 41 points de son équipe à la mi-temps. En face, Ariza n’a pas d’attention et il le vit très mal. Finalement, il n’y avait rien à faire comme l’a dit le coach adverse. On appréciera d’autant plus le calme de Lebron James en conférence de presse :

« J’avais dit à mes coéquipiers que je le sentais venir. Avant même que j’arrive sur le terrain, je sentais que ce soir allait être un grand soir. Quand je sais que je suis en phase avec shoot, je suis inarrêtable. Ce soir, j’ai inscrit mes 3 shoots de loin, et quand vous rentrez vos shoots, vous pouvez utiliser plein d’autres moves ensuite. J’ai obtenu quelques fautes avec des feintes… Je peux utiliser tout mon arsenal quand mon jumper est aussi fluide. »

En bonus, on vous laisse les images de l’interview, l’article de l’époque ainsi qu’un gros passage d’un livre autobiographique, c’est cadeau. Le King n’est vraiment pas fait du même bois que les autres et prouve qu’il était déjà un homme de grands rendez-vous. On ne s’en rend pas compte mais si les choses s’étaient mal passées, la situation aurait pu être inversée et la NBA n’aurait pu être qu’un doux rêve qu’il n’aurait jamais caresser.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Quand Lebron James remontait le moral de son fils: "Si tu ne marque pas de panier, ne te prends pas la tête mon gars ! Tu as fait un p*tain de match. Je suis fier de toi !" 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités