Zach LaVine a honte de son équipe : "Je suis fatigué de parler"
*
Connect with us

Actualités

Zach LaVine a honte de son équipe : « Je suis fatigué de parler »

Que dire sur les Bulls ? Pas grand chose à part dire qu’ils sont rincés. C’est la triste vérité et tout le monde est d’accord sur le sujet, Zach LaVine compris. Assuré de jouer les playoffs, la descente aux enfers a commencé depuis bien longtemps. La franchise parlait il y a peu de finale ou de finale de conférence. Ce serait déjà un miracle qu’ils gagnent un match en post-season…

Chicago est mauvais, très mauvais. Depuis le All-Star Break, la franchise préférée de Michael Jordan a un bilan catastrophique de 7 victoires en 22 matchs, soit 15 défaites. A l’approche de la post-season, cela n’augure rien de bon. Toujours en parlant de ces fameuses 22 rencontres, Chicago est situé 27ème en efficacité offensive et 25ème en efficacité défensive, bien loin d’une 4ème et 20ème place avant le break. Zach LaVine est logiquement très énervé et comme symbole, il y a ce match contre les Hornets, cette nuit, pour finalement perdre de 16 points. Mais il faut se rendre compte que l’écart est très vite monté, atteignant les 30 points. Devant un Lamelo Ball survolté, on a vu la différence une équipe qui joue pour sa survie et l’autre qui ne sait pas pourquoi elle est là. Les Hornets ont beau être qualifié pour le playin, mieux ils sont classés, mieux c’est. La première place de la conférence est semble bien loin pour Chicago et les fans l’ont bien compris, eux qui ont sifflé leur équipe cette nuit :

« Ils devraient [en parlant des fans]. C’est embarrassant. Nous sommes vraiment une bonne équipe et nous ne jouons pas comme ça. Ils le savent. Nous le savons. C’est compréhensible. Nous comprenons qu’ils nous soutiennent mais nous devons mieux jouer. Tout le monde est énervé. Nous nous sommes fait botter le cul. Ils nous ont sauté dessus. Nous chantons la même histoire, et j’essaie de voir le bon côté des choses, mais je suis fatigué de parler. Nous parlons beaucoup et nous disons les bonnes choses, mais nous devons trouver une solution. Nous ne le faisons pas, c’est aussi simple que ça. »

DeMar DeRozan a un discours différent. Avec son expérience, il sait que les mauvaises passes pouvaient arriver. Il aurait aimé qu’un coup de mou tel que celui-là, soit survenu plus tôt dans la saison. Les Bulls ont gagné si vite. Le vétéran compare cela à un élève qui n’a que des 10/10 en première année, deuxième année mais qui doit bosser d’avantage quand arrive la dernière année. C’est le moment de se réveiller car dans quelques jours, la franchise devra affronter une de ces trois équipes en playoffs : Milwaukee, Philadelphie ou Boston. De plus, il faudra faire sans Lonzo Ball, blessé jusqu’à la fin de saison. Avec le temps, on se rend bien compte que le coup de chaud de DeMar DeRozan était un peu l’arbre qui cache la forêt. Ses records permettaient à Chicago de gagner mais maintenant redescendu sur terre, malgré un niveau solide, les défaites s’enchaînent.

Embarras, honte, les mots sont nombreux pour qualifier l’état d’esprit de Zach LaVine et son équipe. Il y a deux All-Stars dans l’équipe, c’est à eux de montrer le chemin pour essayer de créer la surprise en playoffs.

Nicolas Batum postule pour la passe de la semaine : une magnifique offrande dans un trou de souris pour Reggie Jackson

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités