Connect with us

Actualités

Une nouvelle ère dans le basket universitaire : Duke sans coach K et Villanova sans Jay Wright débutent par une victoire dans une soirée de destins croisés

NCAA – le basket universitaire a refait surface pour notre plus grand plaisir. Si coach K est sans aucun doute l’entraîneur universitaire le plus populaire de l’histoire, il n’en faut pas oublier le grand Jay Wright. Les deux grands programmes que sont Duke et Villanova commencent une nouvelle ère, c’est une page de basket qui s’écrit sous nos yeux.

On avait déjà connu il y a quelques temps le départ de Roy Williams de North Carolina. Peu à peu, les légendes du banc s’éloignent des terrains. Jon Scheyer est un ancien joueur de Mike Kryzewski, avant qu’il ne le rejoigne dans son coaching staff. Peu après l’annonce de la retraite de coach K, le communiqué de son remplaçant a vite été rendu officiel. Coach Scheyer a ainsi pris sa place et ce n’est pas chose aisée de remplacer une légende qui a été là pendant 42 ans. Sans les deux cracks que sont Dereck Lively et Dariq Whitehead, tous les deux blessés, Duke a su s’imposer. Dès le début de match, Mark Mitchell écrase un gros dunk et la machine était lancée. Une victoire sans appel de presque 30 points où Mitchell termine meilleure marqueur avec 18 points. Pas mal pour un 1er année :

« Pour ma part, j’ai juste pris un moment avant d’y aller », a déclaré le nouveau coach aux journalistes après le match. « Quelle opportunité. Quel moment. C’est un endroit où j’ai grandi, joué, entraîné. Et pour être ici en tant qu’entraîneur, je n’allais être nulle part ailleurs qu’à ce moment-là. »

De l’autre côté, on retrouve Kyle Neptune, qui a réussi à gagner son premier match contre La Salle (81 à 68). Contrairement à Jon Scheyer, le nouveau coach de Villanova avait déjà une certaine expérience dans le coaching pur. Après l’annonce en avril de coach Wright, Neptune a vite été introduit comme entraîneur principal, ce qui est tout à fait normal après 8 saisons en tant que coach assistant, et une en tant que coach principal chez les Rams. A l’image de Duke, Villanova avait aussi quelques blessés :

« J’étais vraiment fier de notre équipe », a déclaré Neptune après le match. « Nous essayons également de comprendre avec un groupe de nouveaux gars, des gars blessés. Au crédit de nos gars, je pense  qu’à la fin, nous jouions notre vrai basket. »

C’est une nouvelle ère dans le basketball universitaire. On ose imaginer la pression monstre de ces « deux nouveaux ». On leur souhaite autant de succès de leur prédécesseurs, ce ne sera pas facile de réaliser ne serait ce que 20% de degrés de réussite de leurs carrières.

Embrouille à la fédé ? Boris Diaw dément pour Thomas Heurtel et prend à revers les propos du président

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités