Connect with us

Actualités

Se faire virer et l’apprendre sur twitter, Nicolas Batum n’a pas kiffé…

NBA – On continue nos petites histoires de l’été et celle-ci concerne Nicolas Batum. L’ailier n’a pas pu assumer son contrat chez les Hornets et son rôle a diminué au fur et à mesure des mois. S’il a toujours été classe avec la franchise, difficile de dire le contraire. La façon dont « il a quitté » Charlotte résume assez bien la situation.

7 juillet 2016, Nicolas Batum signe un contrat mirobolant de 120 millions de dollars sur les 5 années suivantes. Un énorme pactole pour un joueur tel que lui, puisqu’une somme pareille concerne les superstars ou All-Stars, niveau qu’il n’a jamais atteint. Son agent Bouna N’Diaye a bien fait le boulot mais à cette époque, Batum surfait sur l’eau. Toujours dans son rôle de couteau suisse avec presque 15 points par match, mais aussi 5 rebonds et 5 passes décisives par match, il avait aidé Kemba Walker à accrocher les playoffs. Si Dwyane Wade n’avait pas activé le mode Flash, sans doute que le parcours des Hornets aurait pu être surprenant. La franchise NBA de Caroline du Nord n’aura plus le même mojo et peu à peu, Nicolas Batum n’arrive pas à maintenir son niveau d’avant contrat. Au fur et à mesure des mois et des années, il devient presque insignifiant chez les Hornets car le coach ne le fait plus rentrer dans les plans de l’équipe.

Nicolas Batum finira par partir, du moins, on lui a forcé la main et tant mieux pour lui, il a réussi à retrouver un très bon niveau. Enfin bien utilisé, c’est un énorme second souffle dans sa carrière d’avoir pu rejoindre les Clippers. Nico fait ce pourquoi il est doué, défendre, utiliser sa vision de jeu et balancer à 3 points dans les corners. En 2021, le vétéran avoue n’avoir pas aimé le move des Hornets et qu’il ne souhait pas vraiment en parler. Charlotte avait vraiment mal jouer le coup en le coupant. Selon le français, il n’aura jamais demandé cela et l’a appris en se promenant sur son fil twitter. Imaginez le choc, surtout pour un joueur respecté, qui a quand même 10 ans dans la ligue :

« Ne me posez pas cette question. Je ne peux pas vraiment répondre à ça parce que je ne sais pas vraiment. J’ai été libéré. Je n’ai rien demandé.

Je l’ai appris (que les Hornets l’ont coupé) sur Twitter, comme tout le monde. »

Twitter est vraiment un monde cruel et cela ne doit pas être évident de pouvoir gérer ses émotions, en apprenant une décision qui changera ta vie, en passant derrière des inconnus. Nicolas Batum a finalement gagné au change car il a atterri dans une ville attractive, tout en étant performant avec son équipe. Une belle revanche.

Anthony Edwards pense qu’il sera parmi les Lebron James, Stephen Curry, Kevin Durant… dans une saison !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités