Connect with us

Actualités

Richard Hamilton raconte une anecdote croustillante sur Kobe Bryant : le rival, l’ami, le coloc et surtout l’insomniaque

« He’s different ». Cette phrase est prononcée par quasiment tous ceux qui ont affronté ou côtoyé Kobe Bryant. Rip Hamilton en fait partie et en plus d’avoir un relation spéciale avec le Mamba, il livre quelques anecdotes.

Kobe Bryant et Richard Hamilton ont tout deux grandi à Philadelphie. Leur première rencontre fut très spéciale. Ils ne se sont jamais vu de leur vie et le Mamba va se faire Rip Hamilton durant un match entre leurs lycées respectifs, afin de lui montrer qui est le boss de la ville. Ses propos datent d’il y a un mois, qu’il a réitéré dans le podcast All The Smoke :

« Comme je viens d’une ville de seulement 10 000 habitants, je pensais être le meilleur depuis la primaire. Un jour, mon entraîneur au lycée m’a dit : « Hé, mec, tu penses que tu es vraiment bon, il y a un gamin en bas de la rue qui est probablement aussi talentueux que toi.  Je me souviens qu’en avant-match, en regardant à l’autre bout du terrain, il s’est mis à faire des 360 et des moulins à vent, je me suis dit : « Oh, mec, il saute peut-être plus haut que moi, mais ça n’a pas vraiment d’importance tant que le match n’a pas démarré. Il a fini par avoir la victoire et il m’a surpassé. C’était la première fois dans ma carrière de basketteur que quelqu’un venait dans mon gymnase et marquait plus que moi. »

Richard Hamilton apprend par la suite qu’il allait faire équipe avec Kobe Bryant en AAU. C’est à partir de ce moment qu’il verra que Bean était tout simplement un tueur et qu’il était différent des autres. Rip Hamilton utilisera l’expression, « avec Kobe c’était le basket 24/24 ». Il se souvient qu’après un tournoi, il proposa à Kobe Bryant d’aller boire un verre chez son cousin, qui avait un bar. Bryant le regarda de la tête au pied, la suite est exceptionnelle :

« Il m’a regardé je peux pas désolé. Je dois reposer mes jambes et regarder des vidéos. J’étais là. Quoi ? A 16 ans ?? On avait pas de pause durant les matchs AAU. Il me parle de regarder des vidéos. J’ai su qu’il était différent. »

A ce jeune âge, Rip Hamilton a compris que le mot pause n’existait pas, surtout quand Kobe lui a dit qu’il devait mettre 1000 shoots par jour. Ce n’est pas la seule histoire, puisque Richard évoque Tim Thomas, le meilleur joueur du pays de leur génération. Ils étaient colocs avec Vince et Kobe, ainsi les histoires sont nombreuses. Il raconte une nuit où Bryant ne pouvait pas s’arrêter parler de basket. Ils doivent affronter Tim Thomas le lendemain et à une heure du matin, Kobe avait envie de parler :

« – Rip, je vais tuer ce mec [en parlant de Tim Thomas].

– J’étais là, mais on joue même pas le même poste. A cette époque, Tim Thomas jouait à l’aile, il pouvait jouer intérieur, extérieur, il était énorme. Il était là il me dit je vais le tuer. Après demain, ils n’auront aucun doute qui est le meilleur joueur du pays. Et moi je lui disais, oh va dormir. »

Kobe Bryant était déjà un tueur né et Richard Hamilton a pu s’en assurer. Aujourd’hui, les fans ne voient que des joueurs s’affronter. Mais il faut se rendre compte que tous les joueurs se connaissaient. Il est vraiment dommage qu’il n’y avait pas les réseaux dans les années 90, pour apprécier les duels AAU, comme on peut le faire maintenant.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Actualités