Quand Evan Fournier se prend pour James Harden : une défense fantôme que même le barbu n'aurait pas osé à son prime
*
Connect with us

Actualités

Quand Evan Fournier se prend pour James Harden : une défense fantôme que même le barbu n’aurait pas osé à son prime

A l’image d’un bon nombre de joueurs dans cette franchise des Knicks, Evan Fournier déçoit et ne répond pas aux attentes. Vavane n’a jamais été le meilleur des défenseurs mais de là à avoir des trous d’air comme celui-ci, c’est impensable.

Il est peu de le dire, New-York va mal. Perdre des matchs peut arriver et ça peut ne pas être un problème. Si les joueurs se battent sur chaque ballon, que la cohésion en face est meilleure, tout comme le talent, la défaite est acceptable mais avec les Knicks, c’est tout sauf ça. Avant le match de ce soir contre les Rockets, les voilà à la 12ème place de la conférence est avec pas moins de 4 défaites de suite. Pas mal de la part de Thibodeau d’avoir incriminé Kemba Walker sur ce début de saison. Depuis qu’il est benché, les Knicks n’ont gagné qu’un total d’un match sur 8 possibles…

Evan Fournier lâche contre performance après contre performance. Sur les 5 derniers matchs il n’a pas dépassé la barre des 10 points une seule fois. Sur ce mois de décembre, il shoote à 36% et 28% à 3 points. Et parlons de la défense où il se fait croquer par tous ses vis à vis et une image a forcément interpellé lors de son dernier match. Plus que de perdre ses 1 vs 1, c’est vraiment dans le système défensif qu’Evan Fournier semble perdu. Lors d’une rotation, Fournier fait du James Harden Houston Rockets. En plus de ne pas défendre, il donne des consignes à ses coéquipiers… Oui, Nerlens Noel aurait dû être à sa place (les Warriors avaient prévu un double écran) mais le français avait bien le temps  de faire l’effort nécessaire pour freiner Draymond Green.

Quand Evan Fournier joue bien, il faut le dire mais quand il joue mal, il faut aussi le dire. Les Knicks sont de manière générale, pas au niveau, il faut vite se ressaisir avant que la saison soit morte. New-York ne connait que trop bien l’effet des séries négatives.

Stephen Curry ne peut retenir ses larmes : le record à 3 points est tombé, de la joie, des larmes, des sourires et surtout l’âme d’un enfant qui est ressorti le temps d’un soir

2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: Evan Fournier ravi du retour gagnant de Kemba Walker : "J'étais heureux de le voir sourire à nouveau"

  2. Pingback: DeMar DeRozan et les Bulls en back to back, Ja Morant défie Chris Paul et James Harden reste à la maison

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités