Melo déjà très confortable dans le cinq : 16 points, 0 shoot forcé, c'est ce que le peuple veut
*
Connect with us

Actualités

Melo déjà très confortable dans le cinq : 16 points, 0 shoot forcé, c’est ce que le peuple veut

Source photo : Twitter
La question est de savoir si Mike D’Antoni va faire de lui un 6ème homme ou un starter. Pour l’instant, le cinq de départ lui convient bien et dans le système de Houston, il est comme un poisson dans l’eau.

On est les premiers à vanner Melo mais en même temps le bougre le cherchait. Puis les phrases bateaux « c’est la pré-saison, après il va se déchirer », il faudra très vite oublier. Un peu comme les « James Harden et Chris Paul ne vont jamais s’entendre ». Carmelo Anthony est très bon dans l’attitude, ce qui n’était pas le cas au Thunder. Que ce soit en dehors ou sur les terrains.

Le numéro 7 des Rockets a été sensationnel et ce n’est pas vraiment une surprise. Lors de la saison passée, il a planté 42% à 3 points, lorsqu’il était seul. Un super pourcentage au shoot, surtout qu’avec Billy Donovan, les positions ouvertes ne devaient pas arrivées toutes les secondes, vu la pauvreté de son schéma offensif. Avec des playmakers comme CP3 et James Harden, le joueur peut shooter comme il le veut et autant qu’il le souhaite. Hormis une perte de balle, lorsqu’il se retrouvait sur Vic Oladipo sur un switch, aucune chose n’est à déplorer : 16 points, 5 rebonds et 66% à 3 points.

Le meilleur passage des Rockets coïncide avec le petit test de Mike D’Antoni. Ce fut lorsqu’il a mis Melo au poste 5. Offensivement, ça a fini sur un 15-0 mais surtout, Turner n’a jamais pu défendre sur l’ailier au large. En défense, Carmelo s’en est bien tiré, avec le système défensif de Houston, qui consiste à switch sur chaque écran.

Maintenant, la pré-saison sert à faire des tests et Mike D’Antoni va devoir choisir. 6ème homme ou starting five ? Carmelo Anthony sait qu’il n’a plus à tenir le ballon comme auparavant. Il doit se contenter de shooter à 3 points, avec les caviars qu’on va lui balancer. Jouer ses post-up, quand il aura l’avantage physique mais rien de plus. Le mettre dans le 5 de départ avec P.J et Clint, semble être le choix le plus évident avec un froncourt qui sera clinquant.
Le mettre dans la second unit, au profit d’Eric Gordon, consisterait pour lui à prendre plus de responsabilités. Un rôle qui lui irait peut être individuellement mais dont le collectif en pâtirait. Lui filer la gonfle à chaque possession, cela viendrait à détruire le jeu des Rockets. En mettant Eric Gordon, Houston aurait un vrai manieur de ballon capable de faire participer toute l’équipe, ce que ne peut pas fait Carmelo Anthony. Un gentil casse tête pour D’Antoni, qui doit être quand même heureux que sa nouvelle recrue s’adapte aussi bien.

Le statut du natif de New-York a bien changé depuis un an. Il pourrait devenir un sacré joueur à Houston, à condition que le bon rôle lui soit attribué. Pour l’instant, les sacrifices qu’il fait pour l’équipe sont reconnaissables et c’est les fans de Houston qui doivent être heureux.
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités