*
Connect with us

Actualités

L’homme qu’il ne faut pas oublier : Jeff Green, encore et toujours lieutenant parfait

Source Photo : NBA

Kevin Durant marchait sur l’eau dans le Game 5 face aux Bucks, mais ne mettons pas de côté la solide prestation de Jeff Green. Hormis ces deux hommes, les autres joueurs des Nets n’ont pas vraiment brillé et si l’on souligne, à raison, le match de KD, The Predator a parfaitement soutenu son franchise player.

Il aura fallu attendre un quart-temps, trois minutes et 23 points inscrits par les Nets, pour qu’un joueur qui ne soit ni Kevin Durant, ni Jeff Green rentre un panier. Les deux hommes étaient sur un nuage. Durantula a été héroïque, sans le soutien de son supporting cast habituel. James Harden était diminué, Kyrie Irving était blessé et Joe Harris ainsi que Blake Griffin n’étaient pas dans un grand soir. Le seul qui a répondu présent aux côtés de Kevin Durant était Jeff Green. L’ailier fort a inscrit 27 points avec une adresse impressionnante : 8/11 au tir et 7/8 à trois points. Si KD a pu finaliser sa soirée exceptionnelle avec un succès de grande de classe, il peut aussi remercier Jeff Green, soldat de confiance dans cette équipe des Nets.

Le duo Kevin Durant – Jeff Green hier soir : 76 points, 24/34 au tir, 11/17 à trois points.

Agent libre en début de saison, Jeff Green avait choisi Brooklyn comme destination où poser ses valises. Il a bourlingué dans de nombreuses franchises après 14 ans passés en NBA (10 franchises en 14 saisons), et aimerait s’installer dans la durée. À 34 ans, il est épanoui dans le collectif des Nets et a trouvé sa place dans une équipe favorite pour le titre. Capable de hisser son niveau de jeu quand ses coéquipiers ne sont pas au rendez-vous, Green Monster sait ce qu’il peut et doit apporter en sortie de banc. En fin de contrat cet été, sa saison a pu convaincre Steve Nash et les dirigeants des Nets de le conserver, lui qui désire rester à Brooklyn. Jeff Green connait d’ailleurs très bien Kevin Durant puisqu’ils ont été draftés tous les deux en 2007 par les Sonics, avant de jouer ensemble pendant quatre saisons, le temps que le Thunder naisse à Oklahoma.

Brooklyn a pris une nouvelle dimension grâce à ses trois superstars, mais rappelons que les dirigeants ont parfaitement su les entourer. À l’image de Jeff Green hier soir, les role-players peuvent avoir une influence déterminante dans les grands matchs.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités