*
Connect with us

Actualités

L’histoire d’un Michael Jordan de 51 ans qui mettait la misère à prime Stephen Jackson

Crédits photo : Christian Petersen - Getty Images

Aux yeux de la plupart des fans de basket, Michael Jordan est le GOAT. Îcone d’un sport qui a explosé en grande partie grâce à lui, c’est bien sûr grâce à ses qualités sportives que Michael est ce qu’il est actuellement, en plus de sa communication et sa  gestion financières réglée comme du papier à musique. Et même après sa retraite, ça ne l’a pas empêché de mettre à l’amende un paquet de joueurs.

C’est connu, MJ est un grand amateurs de paris, qu’ils soient sérieux ou d’une connerie sans limite (genre tirer un lancer franc les yeux fermés), mais également un compétiteur acharné qui ne supporte pas la défaite. Et parmi ceux qui l’ont appris à leurs dépends, il y a Stephen Jackson. L’ancien joueur des Pacers a eu un passage par les Bobcats de Charlotte, alors que MJ était en train de devenir le proprio de la franchise de la Caroline du Nord. Et l’occasion était trop belle pour affronter un MJ vieillissant vieux de 51 ans, comme le raconte Eduardo Najera.

« Nous traversions une période difficile. Michael a décidé d’intervenir et d’intégrer Charles Oakley dans son équipe. Stephen Jackson, étant Stephen Jackson, il s’est mis à dire des bêtises. Jackson a dit « c’était le passé, c’est le présent et je vais te casser la gueule. » Michael s’est mis en colère, il a dit des conneries et l’a tué, lui et nous tous. MJ avait 50 ou 51 ans. Il a dit à Stephen Jackson « sens le goût du cuir dans ta gueule » après chaque tir. Puis c’est devenu un 1 contre 1. Cela n’a pas bien fini pour Stephen Jackson. Michael a gagné. C’était incroyable. C’était bon pour l’équipe, nous avons réussi à sortir de la série de défaites que nous avions à ce moment.

Une anecdote comme une autre ? Non. C’est comme ça que vit MJ, c’est comme ça qu’il gère son équipe.

« Il est difficile pour ses joueurs. Il devrait l’être, il a mis la barre si haut. C’était dur de jouer pour lui. Je ne peux pas m’imaginer être un jeune homme qui joue pour Michael avec lui sur le banc, qui vous dit quoi faire et qui vous crie dessus. Il faut le bloquer et on apprend à le faire. Michael a une grande présence. Je ne sais pas si c’était positif ou négatif sur les joueurs. Mais Michael a appris, il a commencé à aller dans sa suite au lieu d’aller au bout du banc. »

Et cette histoire ? Elle ne s’est pas arrêtée au basket. Quand Stephen Jackson a dit que MJ était dépassé, en plus de se faire démonter sans sommation, MJ lui a rappelé que celui qui signe le chèque… c’était lui. La source ? Stephen Jackson himself sur ESPN.

Don’t mess with MJ. Stephen Jackson a voulu parler, il a regretté. Même à 51 ans, on ne joue pas avec un des meilleurs joueurs de tous les temps, surtout quand on sait qu’il en plantait encore 20 par match à 40 ans. La prochaine fois, avant de l’ouvrir, on réfléchit.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités