*
Connect with us

Actualités

Les pronostics de la rédaction : le défenseur de la saison 2020-2021

La fin de saison est officielle, c’est donc le moment de récompenser les meilleurs joueurs de la ligue. The Daily Dunk vous offre ainsi ses pronostics pour déterminer les différents trophées et on continue avec le titre de défenseur de l’année.

Tsirofo : Rudy Gobert

Il y a quelques jours, l’équipe du Thunder s’est inspiré de Steve Nash pour contrer Rudy Gobert. Le contrer alors qu’il joue en défense. Cela symbolise bien à quel point le joueur est une menace. Sa taille, ses contres, son envergure sont des atouts précieux pour les attaquants adverses. Il va se faire dunker dessus, il va se prendre des shoots sur la tronche par des meneurs, mais ce n’est qu’un petit échantillon sur les nombreuses possessions d’un match, quand il est sur le terrain. Elite au rebond, au contre, sa seule présence me suffit à lui donner le trophée cette saison avec un bon matelas d’avance, par rapport à Ben Simmons, pourtant lui aussi élite dans le registre.

Pierre : Rudy Gobert

En route pour le triplé ! Rudy Gobert partait en favori, et il compte bien garder son trophée à la maison, une année de plus. Utah a dominé la saison, le Jazz est toujours solide défensivement, (troisième meilleure défense de la ligue) et Rudy Gobert a surclassé ses rivaux. Pas besoin de faire le spectacle pour le pivot français, qui compte d’abord sur l’efficacité. Mais, ce qui est encore plus écœurant pour ses adversaires, c’est que l’All-Star semble avoir encore davantage progressé sur sa défense sur pick & roll par exemple. Sa vivacité est meilleure pour défendre sur les petits, et ça, ce sont des petits points sur lesquels Rudy Gobert avait du mal l’année dernière.

Arthur : Rudy Gobert

Comment ne pas (à nouveau) penser à Rudy Gobert. Sans aucun chauvinisme, le pivot français du Jazz se place en très sérieux voire principal prétendant à une troisième distinction de meilleur défenseur de la NBA. Resté dans ses moyennes des derniers exercices, le garçon a tapé une pointe au contre (2,7 en moyenne par match) tout en jouant moins que ces dernières années (30 minutes en moyenne). Si son équipe termine en tête de la conférence Ouest, et par extension de toute la NBA, c’est en grande partie grâce à lui. Aussi bien grâce à son excellente défense et sa présence dissuasive, que par son rôle certes limité mais bien utile en attaque également. À 28 ans, Gobzilla est au sommet de son art et va être l’une des pièces majeures de Utah en playoffs. S’il est souvent moqué ou critiqué outre-Atlantique, le Français fait définitivement partie des meilleurs en NBA. N’en déplaise à ses détracteurs !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités