Le Jazz passe à 7-3 et Rudy Gobert lâche une perf plus vue à Utah depuis Karl Malone : on en entend moins parler des 7 points à 2/6 au shoot de Ntilikina – The Daily Dunk
Connect with us

News

Le Jazz passe à 7-3 et Rudy Gobert lâche une perf plus vue à Utah depuis Karl Malone : on en entend moins parler des 7 points à 2/6 au shoot de Ntilikina

Source photo : Pinterest

Après des débuts légèrement poussifs, le Jazz réalise finalement un très bon début de saison, avec un bilan de 7 victoires pour 3 défaites, soit une seule défaite de plus que les Lakers en tête de la conférence Ouest. Toujours aussi impérial en défense, Rudy Gobert a hier soir pesé lourd de l’autre côté du terrain face aux Warriors.

D’un point de vue offensif, le pivot Français a certainement sorti son meilleur match de la saison, et probablement même l’un de ses meilleurs sous le maillot du Jazz tout court. Face à des Warriors qui n’auront résisté que durant les 12 premières minutes, Rudy Gobert aura compilé 25 points, 14 rebonds et 2 contres. Si son total de points est au dessus de ses standards, c’est surtout son adresse qui mérite d’être soulignée puisqu’il a rentré 11 de ses 12 tentatives, soit 91,7% ! Depuis le 12/12 de Karl Malone en 2001, jamais un joueur du Jazz n’avait affiché autant de réussite sur une seule rencontre NBA. Etre comparé à une des plus grosses légendes de la franchise c’est forcément flatteur, mais Rudy pense collectif avant tout et s’enthousiasme sur le potentiel de son groupe :

 » C’est dur de défendre face à nous quand on joue comme ça, quand le ballon circule et qu’on attaque comme ça. C’est fun, on ne joue ensemble que depuis 10 matchs, mais ça s’améliore. Je suis excité pour le futur.  » Rudy Gobert via nba.com

Effectivement, après plusieurs matchs douteux, Mike Conley se fond de plus en plus dans le collectif du Jazz et le jeu offensif de l’équipe s’en trouve transformé. Hier soir, son duo avec Donovan Mitchell s’est montré létal à distance, et le meneur n’a pas manqué de souligner l’impact de Rudy Gobert, utile grâce à ses écrans et ses bonnes positions prises dans la raquette. Et ce taff de l’ombre de Gobert, c’est l’équipe entière qui en profite, avec des shooteurs plus ouverts et une meilleure alternance jeu intérieur/jeu extérieur. 

Malgré ses deux titres de défenseur de l’année et sa certaine envie d’aller chercher le triplé, Rudy Gobert est souvent sous-estimé pour son jeu offensif limité. S’il ne deviendra probablement jamais Hakeem Olajuwon, le Français est un énorme facilitateur pour ses coéquipiers. Ce qui ne l’empêche pas de parfois noircir sa fiche de stats comme cette nuit, en espérant que ce genre de soirée se reproduise le plus souvent possible.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.







More in News