*
Connect with us

Actualités

Evan Fournier distribue le champagne pour les Knicks : une performance solide et un shoot retrouvé, pour retrouver la victoire mais surtout le sourire

Evan Fournier ne mettait pas un shoot, ne jouait pas beaucoup mais Evan est un vétéran et il a pointé le bout de son nez, pour bien seconder un Julius Randle maladroit et surtout un Alec Burks tout feu, tout flamme.

Knicks 104, Bulls 103 : les scènes des Knicks étant les plus en retrait… à peine

Les Bulls voudront leur revanche, ils se rejouent lundi

Voulait-il faire plaisir à la France avec un match diffusé à 23 heures ? Sans doute. Avant de parler du français, il faut parler du début du match. C’est simple, il s’agit de la pire première mi-temps qu’on ait pu voir cette saison. Les Knicks bloqués à 13 points, les Rockets avec 8 ballons perdus, le 1er quart-temps ne fait pas rêver. Histoire de pousser le ridicule encore plus loin, on a l’impression que les deux équipes n’arrivent pas à courir. Evan Fournier choisit le 2ème quart-temps pour prendre feu. L’arrière n’a mis que 19 points lors des 5 derniers matchs cumulés !! A la mi-temps, le français sera déjà à 11 points. Fini les shoots dans le corner, Fournier a enfin le ballon entre les mains pour créer et créer pour les autres. Bloqué dans un rôle de shooteur, on voit bien le joueur plus à l’aise qu’à l’accoutumé. Cela ne doit pas faire oublier la mi-temps assez médiocre de son équipe. Lors de cette rencontre, RJ Barrett et Julius Randle combinent un horrible 8/28 au shoot.

Dans le 3ème quart-temps, les deux équipes font jeu égal et Evan Fournier se montre à son avantage avec quelques shoots de loin. Jalen Green ne voit pas le ballon mais finit à 16 points, Eric Gordon croque (5/17 au shoot) et Chrisitian Wood fait ce qu’il peut. Après avoir sorti son cinq, Thibodeau a dû mal à trouver des solutions et le moment est parfaitement choisi par Alec Burks pour prendre feu. Le garçon n’a pas raté grand chose dans le money-time de manière générale cette saison. Il permet à son équipe de passer devant et tenir jusqu’à la fin. Burks multiplie les paniers à 3 points dans cette fin de match jusqu’à en planter 7 au total. Assez discret dans le dernier quart-temps, la bonne nouvelle c’est qu’Evan Fournier a bel et bien foulé le parquet. Il fait oublier ses derniers matchs en terminant 2ème meilleur marqueur du match. Peut être une performance déclic qui lui permettra de retrouver confiance : 19 points à 7/13 au shoot, 5/10 à 3 points.

Oui, c’était dur, oui, c’était compliqué mais Evan Fournier avait vraiment besoin de ce match, quand bien même il s’agissait de la pire équipe de la ligue. Il faut construire sur ce succès tant individuellement et collectivement.

Plus d’un joueur sur deux en faillite dans l’histoire de la NBA : Chris Paul veut aider les joueurs NBA à mieux gérer leur fortune

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Evan Fournier est on fire pour son premier classique en NBA : timide mais excité à la fois, il va comprendre que les "2 New-York" ne s'aiment pas

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités