Karl-Anthony Towns marche sur Houston : "j'avais le sentiment que ça allait être une bonne soirée"
*
Connect with us

Actualités

Karl-Anthony Towns marche sur Houston : « j’avais le sentiment que ça allait être une bonne soirée »

Source photo : The Athletic

Qu’est ce qu’on kiffe lorsque Karl-Anthony Towns est agressif, car non seulement, sa puissance et ses qualités techniques lui permettent de scorer aisément, mais en plus ça devient plus facile pour les Wolves de gagner.

Nous sommes (quasiment) à la moitié de la saison et que de bonnes choses à noter pour les Wolves : ça joue assez bien, l’équipe est encore en course pour les playoffs (avec une avance confortable pour le play-in), le coaching est très bon, tout se passe bien en interne, le big three marche plutôt bien. Au final, il ne manquait plus que le match référence de Karl-Anthony Towns, et on l’a eu contre les Rockets, puisque le pivot a piétiné la raquette adverse : 40 points (record de saison) à 15/25 au tir, 9 rebonds et 7 passes.
Forcément, quand Karl-Anthony Towns est comme ça, c’est difficile d’arrêter les Wolves, et Minnesota a d’ailleurs battu son record de saison (141 points), tout en prenant du plaisir, en témoigne, les 37 passes décisives, les 31 points marqués en contre attaque et les 74 pions inscrits dans la peinture. Durement touché par le Covid, le pivot monte en puissance et KAT est le premier à le sentir.

Je suis allé sur le terrain en voulant être très agressif. J’essaie encore de retrouver le rythme depuis mon retour du COVID, donc j’essayais simplement d’être agressif. J’avais le sentiment que ça allait être une bonne soirée. J’ai essayé d’utiliser cette énergie pour en tirer le meilleur à mon avantage.

Cette victoire permet aux Wolves d’enchaîner sur une quatrième victoire consécutive, et de remettre le bilan à l’équilibre (20-20). Avant de défier les trois premiers de la conférence Ouest en fin de mois, Minnesota peut surfer sur leur bonne dynamique en se déplaçant à la Nouvelle Orléans, puis à Memphis, qui fait encore mieux que les loups, avec 9 victoires de rang (pour l’instant).
Karl-Anthony Towns, D’Angelo Russell et Anthony Edwards, c’est un trio qui fonctionne bien, et surtout qui semble bien s’entendre. C’est une excellente nouvelle compte-tenu des saisons galères vécues par les Wolves dernièrement. Chris Finch peut toucher du bois, les Wolves jouent bien et lient le plaisir avec la victoire.

C’est rare à ce stade de la saison, les Wolves ne sont pas décrochés dans la course aux playoffs. Encore mieux, Minnesota est dans le bon wagon pour disputer au minimum le play-in. Et c’est simplement le résultat de tout un groupe et de toute une organisation qui travaillent bien.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités