*
Connect with us

Actualités

Joel Embiid sort enfin de sa sieste pour sortir une mixtape : 45 points, 16 rebonds, 4 passes, 5 interceptions, la bête était énervée

Le voilà enfin le meilleur match de Joel Embiid de la saison. Le joueur a été étincelant cette nuit et sans Bam Adebayo, le Heat n’a pu résister à la foudre venue tout droit de Philadelphie. Du pur Jojo comme on adore, du shoot, des passes, de la défense et surtout de l’envie. Il est peu de dire que ce dernier en manquait ces derniers jours mais tel un soldat en mission, il est venu et n’a pas failli à sa tâche. Joel Embiid réalise une saison pour le moins convaincante et pour la première fois depuis longtemps, le twittos le plus drôle du game réussit enfin à se positionner comme un candidat légitime pour le titre de Most Valuable Player dans une saison qui s’annonce au combien spéciale.

Covid-19, blessures, le featuring de ces derniers jours est aussi fréquent que Drake avec Nicki Minaj dans les années 2010. Et pourtant, il faudra faire avec et les équipes doivent rester concentrées bien que ce soit difficile. En quelque sorte, cela a sorti Joel Embiid et les Sixers de leur rythme. Meilleure équipe de la saison et de loin, Philadelphie a perdu 3 matchs de suite avant d’aborder le choc face au Heat cette nuit. Plus encore, Joel Embiid était en pleine léthargie. Outre son match manqué contre Denver (la déception était immense de rater le duel face à Nikola Jokic), le joueur était l’ombre de lui même contre les Nets, Hawks et lors de la première mi-temps contre Miami. C’est son grand point faible. Capable de ne pas aligner de grosses performances match après match. Qu’importe l’adversaire en face, les MVP doivent pouvoir produire des games elites des Lakers face aux Hawks en passant par les Hornets. Sans Bam Adebayo, était-il en manque de motivation ? En première mi-temps, notre réponse était clairement un grand oui. A l’image de son équipe – excepté Tyrese Maxey – tout le monde dormait et l’attitude était à la limite de la condescendance. Sieste party avant ce fameux 3ème quart-temps… Joel Embiid s’énerve et pas qu’un peu. Il pousse tout le monde, écrase les rookies d’en face et se permet même de jouer comme un poste 2. 13 points en à peine 3 minutes, les fans du Heat ont vite compris que ça allait être une longue soirée…

Avant de parler du money-time pour le moins explosif, retour sur ce début de match en faveur du Heat qui devait se jouer sans Goran Dragic, Jimmy Butler et Bam Adebayo. Le rookie Gabe Vincent a été lancé dans la savane. Pour cause, les deux formations ont dû jouer avec 15 joueurs absents (!!) et seuls 16 au total dans chaque équipe ont pu jouer. Une pure rotation de playoffs. Miami accélère en 1ère mi-temps et notamment dans le 2ème quart-temps jusqu’à prendre 10 points d’avance. Duncan Robinson est en feu cette nuit et il n’a pas le choix vu les absents. 26 points pour lui et le rookie Vincent est surprenant à son tour (24 points). Comme souvent, ils ont dû mal à limiter les arrières adverses et Tyrese Maxey est presque surnommé le nouveau Tony Parker avec ses nombreux floaters (16 points). Après avoir raté son match contre les Hawks, Danny Green est pas loin de lâcher son meilleur game en carrière, pour preuve, il atteint 9 paniers à 3 points, son record all-time. Joel Embiid prend la mesure du money-time surtout que Ben Simmons finira par être expulsé pour 6 fautes. Il fait absolument tout mais Miami veille en défense en essayant de le doubler à chaque possession ou presque. Et pourtant, c’est lui à 4 secondes de la fin qui plante le shoot pour l’égalisation en tête de raquette et en allant driver. Se permettant souvent d’organiser le jeu comme un meneur. Il répond parfaitement à Tyler Herro, auteur de 7 points dans les 4 dernières minutes du 4ème QT. Tout le monde s’envole en prolongation et c’est le même tarif. Si on enlève la dernière minute de l’OT, les deux joueurs partagent les 16 points inscrits et seul Achiuwa a marqué pendant ce laps de temps. C’est finalement dans la toute dernière minute que Dakota Mathias plante un shoot dans la dernière minute pour libérer les siens.

Une rencontre absolument folle entre les deux équipes et qu’on ne devrait pas oublier avant longtemps. Joel Embiid terminera la rencontre à 45 points, 16 rebonds, 4 passes, 5 interceptions. Tyler Herro produit une belle prestation à son tour avec 34 points, 7 rebonds et 4 passes. S’il y avait des absents des deux côtés, Philadelphie a pu compter sur ses deux meilleurs joueurs au contraire de  Miami. Quand il s’y met, Jojo est vraiment un top 5 player mais cela n’arrive malheureusement pas souvent, si on parle de continuité. Un peu en-dessous ces deux derniers matchs, il reprend du poil de la bête et s’il veut être considéré comme un MVP, le camerounais doit enchaîner les performances. Cette nuit, il a montré en avoir les capacités. Prochain test ? Encore contre Miami dans 3 jours.

Lebron James se fout des Rockets : le 3 points à la Stephen Curry, il est là que pour le show

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités