Connect with us

Actualités

Jerry West se remémore le moment où Stephen Curry est devenu une star

Le logo légendaire de la NBA a décidé de remonter le temps. Jerry West se souvient du moment lorsque Stephen Curry est devenu « The Man » à Golden State. C’était comme si c’était hier.

Jerry West n’a pas été que l’homme des Lakers. En 2011, il rejoint les Dubs et bien loin encore est l’époque où ces derniers se transforment en une dynastie. Golden State drafte Monta Ellis à seulement 19 ans, durant la saison 2005-2006. Il tombera en plein dans l’équipe « We Believe ». Son talent offensif commence à éclore quand les vétérans quittent le navire, notamment lors de la saison 2009-2010, où il score 25.5 points par match, sa meilleure marque au scoring en carrière. Mais depuis cette fameuse année 2007, les Warriors ne vont plus en playoffs. Durant l’année 2009, le chemin de Golden State va néanmoins changer : la draft de Stephen Curry.

Bien que Monta Ellis soit moins bon meilleur tireur et bien plus athlétique que Stephen Curry, le jeu des deux joueurs sont bien trop semblables. Des petits arrières, pas vraiment meneurs de jeu, qui adorent shooter et être aussi mobile qu’un poteau de corner en défense. Mais on sent bien de la retenue chez le petit Stephen. Durant sa 3ème saison, il se blesse gravement, mais Golden State décide tout de même de transférer son acolyte vers Milwaukee, en pensant que Stephen Curry peut exploser, malgré sa sale saison. Un an plus tard, il est déjà considéré comme un monstre du shoot et qualifie son équipe en playoffs, en réalisant même un upset, quelque chose de presque impossible dans la conférence ouest, surtout pour une jeune équipe.

Voilà comment Stephen Curry est devenu Baby Face. Cependant, les fans des Warriors n’étaient pas pour. Public passionné tant dans la victoire que dans la défaite, Monta Ellis était adulé durant son temps à Oakland. Joueur populaire comme le qualifie si bien Jerry West, ce dernier savait très bien que Curry n’aurait pu exploser, avec Monta Ellis dans ses pattes. Non pas uniquement à cause de leur jeu mais aussi le manque de complémentarité, ainsi que leur faiblesse en défense. Il a vu en Stephen Curry, plus de potentiel, malgré tout le talent de Monta Ellis, surtout offensivement :

« Je pense que lorsqu’un échange a été fait, cela lui a donné [Curry] plus d’espace pour faire les choses, et aussi avoir le ballon entre les mains », a expliqué West lors d’une apparition sur 95.7 The Game, via NBC Sports.

« Si vous avez quelqu’un qui peut vraiment bien faire quelque chose et que vous n’avez pas le ballon entre les mains ou que vous n’avez pas de joueurs qui vous complètent, il est plus difficile d’atteindre l’excellence qu’il a atteinte. »

Cette excellence lui a valu deux titres de MVP, dont un unanime, 3 titres NBA et celui de meilleur shooteur de l’histoire. Vraiment pas mal pour un gars sorti d’une petite fac.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Actualités