*
Connect with us

Actualités

Jayson Tatum attend des Celtics plus durs : le comeback est l’arbre qui cache la forêt

AP Photo/Ralph Freso

Les Celtics n’en finissent plus de creuser. Nouvelle défaite hier soir face au Miami Heat, et les espoirs d’une équipe victorieuse s’amenuise de plus en plus pour Boston. Une situation que ne supporte plus Jayson Tatum, perdu au milieu de ce marasme.

Les Celtics sont peut-être l’équipe la plus décevante de cette saison régulière. Alors qu’on mettait beaucoup d’espoir en Jayson Tatum et Jaylen Brown en début d’année, le résultat n’y est pas, c’est évident. 7ème de la conférence Est à une semaine de la fin de la régulière, ça ne sent pas bon pour Boston. Le playin arrive à grand pas, et la qualification directe en playoffs s’éloigne elle de plus en plus. Encore 4 matchs à disputer et 2 matchs de retard contre Miami, 6ème, on peut raisonnablement penser qu’on verra du vert contre le 8ème de la conférence Est la semaine prochaine.

Hier soir, face au Heat, on a pu voir toutes les qualités et surtout les défauts de cette équipe de Boston. Une équipe sur courant alternatif. La première mi-temps aura représenté les défauts, avec 79 points encaissés ! Pourtant, comme contre les Spurs (quand Tatum avait planté 60 points et permis aux Celtics de combler 32 points de retard), l’équipe de Brad Stevens a montré une capacité à réagir. 71 points en seconde mi-temps, 40 dans le dernier quart temps, mais insuffisant et les faisant échouer à 6 petits point de Miami (130-124). Une attitude d’équipe que ne supporte plus le franchise player, Jayson Tatum.

« Je pense que la réponse est, c’est un choix. Je ne pense pas que l’on est suffisamment bon pour démarrer comme ça, comme si on avait juste à dire « OK jouons ». Certains matchs ici et là, nous avons fait ce qu’il fallait pour gagner. Evidemment aujourd’hui nous avons creuser trop profond dans le trou. Nous nous sommes donnés une chance, nous faisons toujours ça. Mais vous savez, je sais qu’on peut faire mieux, faire plus, plus particulièrement dans le début des matchs. Un peu plus de dureté et jouer plus vite. Parce que quand vous commencez à faire des stops en seconde mi-temps, jouer vite, ça joue plutôt bien à notre avantage. Donc nous devons juste commencer comme ça ».

L’équipe de Boston a en plus toutes les qualités individuelles pour jouer avec la vision de Jayson Tatum. Faire des stops rapidement, Marcus Smart, Jaylen Brown, Romeo Langford ou Robert Williams sont capables de s’en charger. Et pour l’attaque, il y a presque trop de bons joueurs pour ne pas marquer un panier rapidement. Kemba Walker, Jaylen Brown, Jayson Tatum, Evan Fournier, Marcus Smart, Payton Pritchard, ça peut donner un beau schéma offensif. Il suffit maintenant pour Brad Stevens de mettre tout ça en place pour que chacun y trouve son compte et enfin lancer cette saison, qui ressemble un peu trop à la dernière de Kyrie Irving avec le maillot vert, ayant finie un peu trop prématurément.

Les Celtics ont un effectif complet, des qualités à tous les postes, pourtant ça ne clique pas. Le playin sera sûrement le premier test pour savoir si Boston est capable de ne plus être sur courant alternatif et enfin suivre la volonté de leur franchise player.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Les 50 points de Jayson Tatum terrassent les Wizards : désolé Russell Westbrook, il faudra faire plus que claquer un gros dunk

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités