*
Connect with us

Actualités

Evan Fournier obligé de s’adapter à un sale rôle : être benché quand on est clutch player, ça doit faire mal

On le savait, Evan Fournier aux Knicks n’allait pas être qu’une partie de plaisir. Il est en train de l’apprendre à ses dépends, notamment lors des fins de match. Le joueur ne joue quasiment jamais quand le match est serré. Quelque chose d’horrible quand ce même Evan est connu pour être un joueur redoutable à ce moment du match.

Evan Fournier doit s’habituer à un nouveau rôle, ne pas jouer en fin de match. Le cinq de départ ne finit jamais les rencontres et c’en est presque délirant. Kemba Walker doit être on fire s’il veut finir les rencontres, la moitié du temps, il ne fait pas partie du cinq qui termine la rencontre, au moins ça lui fait un copain de jeu. En tant que star, Julius Randle n’a raté qu’une fois le moneytime, quant à RJ Barrett, il est quasiment tout le temps là. Mais pourquoi donc Tom Thibodeau ne finit jamais avec son cinq de départ ? La réponse est simple, il n’est jamais performant ou presque. L’histoire est la même à quasi chaque game et face à Indiana, ça n’a pas loupé. Il commence, les starters marquent quelques paniers mais l’intensité les dépasse, sans parler de la défense et l’écart augmente avant que la second unit menée par Derrick Rose se charge du sale travail. C’est la même rengaine dans les 3èmes quart-temps et histoire de rester dans le match jusqu’au bout, les remplaçants jouent énormément. Il aura bien essayé de tester ses titulaires, comme face aux Hornets mais ces derniers aiment se manger des éclats.

Evan Fournier parlait de défense en début de saison mais les faits sont là. S’il ne joue pas, c’est car l’intensité défensive n’est pas présente et sa maladresse du moment ne l’aide pas. Thibodeau lui préfère Alec Burks. C’est aussi pour cette raison que RJ Barrett a joué la fin de match cette nuit. Pas vraiment en réussite, il est rentré sur le terrain avec sa maladresse, contrairement à Evan Fournier et Kemba Walker, inférieurs en défense. La réussite est tombée au bon moment avec quelques paniers à 3 points bien sentis. On est bien loin du discours de son coach : « Je n’ai pas peur qu’il rate des shoots ». Evan n’a jamais dépassé les 30 minutes sur tout le mois de novembre. Cela ne lui était pas arrivé depuis pas mal d’années. Pour l’instant, il vaut mieux en rire qu’en pleurer, Evan Fournier est l’un des rares joueurs à avoir rentré de multiples buzzers, sans parler de son passif dans ses situations avec la France. C’est la même chose avec Kemba Walker mais quand ton coach se nomme Thibodeau, priorité à la défense…

Une saison est très longue, à lui de rectifier le tir pour ne pas être abonné au banc en fin de match. Concernant Thibodeau, va t-il continuer à garder ce cinq de départ qui n’a pas l’air productif ? Toujours courir après le score pourrait avoir des conséquences sur le long terme et cramer ses joueurs au fil du temps. Quelque chose qu’il ne connait trop bien.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités