Draymond Green comprend Jimmy Butler vis à vis d'Andrew Wiggins
*
Connect with us

Actualités

Draymond Green comprend Jimmy Butler vis à vis d’Andrew Wiggins

Source photo : San Francisco Chronicle

Andrew Wiggins a été propulsé sur le devant de la scène grâce à son énorme performance lundi soir lors du Game 5. Draymond Green n’avait jamais douté de ses qualités et a expliqué pourquoi. 

Andrew Wiggins avait déjà très bien commencé sa série de Finales face aux Celtics mais il est véritablement devenu le soldat de l’ombre attitré de Stephen Curry, comme lors du Game 4 qu’il a terminé avec 16 points et 17 rebonds. Mais c’est bien lors du Game 5 que l’ancien numéro 1 de la draft 2014 nous a ébloui (enfin) de son talent. Un match XXL durant lequel il aura marqué 26 points à 12/23 au tir et gobé 13 rebonds, le tout ponctué par une victoire pour emmener son équipe à un match du sacre. Wiggins rentre donc dans le cercle très fermé des joueurs ayant fait gagner leur équipe dans un match de Finales NBA, phrase que l’on aurait jamais pu prononcer il y a à peine 6 mois.

L’ancien joueur des Timberwolves est donc en train de s’imposer comme le lieutenant le plus fiable de Stephen Curry dans ces Finales à côté de gars comme Klay Thompson ou Draymond Green, ce qui n’était pas une mince affaire. Maintenant, Andrew Wiggins rime avec grosse défense, intensité en attaque, leadership et également clutch comme dans le dernier match où il a fini le dernier quart-temps à 10 points à 5/6 au tir et 5 rebonds. Et ça, Draymond Green n’en a jamais douté, à partir du moment où il est arrivé aux Warriors en 2019 : 

“Quand il est venu la première fois, je n’oublierai jamais ce que Tom Thibodeau, l’ancien coach des Timberwolves, m’a dit. ‘Tu vas l’adorer. C’est un compétiteur. Il défend. Jimmy l’adorait.’ On sait tous comment est Jimmy Butler. Si tu es juste un peu soft, Jimmy ne t’aime pas.”

Et on ne peut pas le contredire. Jimmy Butler a une sale réputation quand il s’agit de bien s’entendre avec ses coéquipiers, lui qui s’est déjà embrouillé avec pas mal de joueurs dans sa carrière, qu’il soit dans son équipe ou non. Lorsqu’il jouait aux Timberwolves, Jimmy Butler s’était même embrouillé avec Karl-Anthony Towns, disant qu’il était “soft comme un bébé”. Ca vous montre les exigences du garçon, qui n’a effectivement jamais critiqué son ancien coéquipier Andrew Wiggins. 

On va revoir Andrew Wiggins pour le Game 6, en espérant qu’il se ramène avec la même hargne que lors deux 2 matchs précédents, et qu’ils nous offrent une belle bataille avec les joueurs de Boston.

Steve Kerr veut finir le boulot à Boston : les Warriors doivent éviter toute pression

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités