*
Connect with us

Actualités

Personne ne peut arrêter le soldat Domantas Sabonis : Cleveland a fait connaissance avec le phénomène de ce de début de saison

Pour finir l’année 2020, les Cavaliers et les Pacers prenaient place. Le match n’aura finalement duré qu’une petite mi-temps avant que les coéquipiers de Domantas Sabonis déroulent leur jeu et lui avec.

Le match commence fort pour Indiana. Leur collectif parle pour eux avec leur magnifique maillot, qui nous ferait presque ressortir les VHS de Reggie Miller des années 1990. Les Cavs défendent bien dans un premier temps. Tête de raquette, Domantas Sabonis n’arrive pas à distribuer le jeu comme à son habitude, la faute à une défense sans ballon parfaite de Cleveland sur les extérieurs. L’intérieur se met à shooter et débloque la situation avec un 2/2 à 3 points mais surtout la défense est obligée de monter sur lui dorénavant. Les Cavs passent alors en zone sauf que les extérieurs ont une bonne réussite, tout le contraire de l’autre camp : 30.8% sur les 12 premières minutes. Seul Exum surnage avec 2 paniers à 3 points, pendant que Javale McGee rate tout ce qu’il entreprend, malgré un gros abattage aux rebonds. Le 2ème quart-temps sera un plus serré que le 1er. Si Cleveland prend pas mal de fautes avec Andre Drummond et Javale McGee, Darius Garland et Collin Sexton font tout pour limiter la casse et ne pas laisser l’écart s’envoler. Cleveland rentrera aux vestiaires avec seulement 6 points de retard. La suite sera néanmoins bien plus malheureuse.

Aaron Holiday et Victor Oladipo se montrent adroits de loin, après avoir suivi le chemin de Malcolm Brogdon (17 points) mais la 2ème mi-temps sera surtout remarquée par la blessure de Collin Sexton. Sorti quelques minutes après le début du 3ème QT, le joueur insiste pour revenir et terminera meilleur marqueur avec 28 points. Darius Garland fut aussi productif (21 points), le problème est néanmoins ailleurs. La défense n’assure pas surtout avec le match de nouveau productif de Domantas Sabonis. L’intérieur des Pacers arrive à se faire de la place dans la raquette grâce à son toucher, son physique mais aussi les bons manieurs de ballon présents dans l’équipe, capables de le servir sur pick and roll. Il sait aussi faire la part des choses pour délivrer des offrandes à son fameux poste haut : 25 points, 11 rebonds et 7 passes décisives cette nuit. Solide l’an passé, il rentre dans une autre dimension cette saison sans jamais tirer la couverture sur lui.

Le fils de l’illustre Arvydas Sabonis est actuellement l’un des meilleurs joueurs de la ligue. Quelques années ont été nécessaires pour que son talent se montre aux yeux du monde et dire qu’il n’a que 24 ans…

Fallait-il vraiment expulser Brandon Ingram ?

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Ne parlez de repos à Domantas Sabonis, il n'aime pas ça : Triple-double avec 10 shoots, c'est la définition de l'excellence

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités