*
Connect with us

Actualités

DeMar DeRozan prend les Celtics pour ses petits : 37 points à 15/20 au shoot, 3/4 à 3 points, 7 rebonds, c’est ça le niveau ultime ?

DeMar DeRozan joue le meilleur basket de sa carrière. On aurait jamais pensé dire ça un jour après ses belles heures à Toronto. Cela va bien plus loin que les chiffres, plus complet, plus shooteur, plus leader, la star des Bulls était l’élément manquant à Chicago pour se mettre à gagner.

Quel match de la part de DeMar DeRozan. Il a tenu son équipe à bout de bras en 1ère mi-temps et a fini le boulot quand Zach LaVine (et la seconde unit) s’est réveillé dans le money-time. Son match a été monstrueux : 37 points à 15/20 au shoot, 3/4 à 3 points, 4/5 aux lancers, 7 rebonds et 2 passes. En première mi-temps, il était un peu seul mais son rôle n’a jamais été aussi en lumière qu’hier. Cela arrivera rarement mais cela arrive. Zach LaVine va parfois passer au travers et DeMar DeRozan va lui aussi passer au travers. Quand ce sera le cas, l’un des deux doit hausser le ton et au TD Garden, le numéro 11 a assumé. Bon, il a bien été aidé par les Celtics complètement perchés lors du dernier QT mais fallait-il encore y croire. Son 3/4 à 3 points a été vital. Néanmoins, on retiendra son calme et sa sérénité qui ont une fois de plus eu leur importance. Le dieu du mid-range a encore frappé et opposition ou non, il a quasiment tout mis.

Mais comment les Celtics ont-ils pu perdre ? Tous les fans qui ont vu ce match, se posent encore la question. Boston menait de 18 points à 15 minutes de la fin. Le 4ème quart-temps parle pour lui même. Les Bulls ? 39 points. Les Celtics ? 11 points… Impossible de gagner dans ces conditions. Jaylen Brown et Jayson Tatum combinent pourtant 48 points. Al Horford a en plus mis dedans mais que l’attitude n’était plus là en fin de match. Les systèmes paresseux et une envie misérable en défense. Zach LaVine qui avait raté plus de 10 shoots, s’est enfin réveillé en mettant plus de 10 points dans le dernier quart-temps pour un total de 26 points à presque 50%. Une vraie performance, sachant d’où il est parti. Les stars de Chi-Town furent solides, toutefois, rendons hommages aux seconds couteaux, Jones Jr et Caruso bien sûr, mais rien n’aurait été possible sans Ayo Dosunmu. Le rookie a forcément gagné des points. Adroit avec un 6/6 au shoot, il s’est aussi donné en défense. LaVine et DeRozan n’avaient qu’à finir le boulot.

Chicago est vraiment sérieux avec aucune défaite à l’extérieur et un bilan de 6 victoires et 1 défaites. L’ancien des Spurs et Raptors ne pouvaient mieux s’intégrer et pour l’instant, il aligne sa 2ème meilleure moyenne au scoring. Respect.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités