Connect with us

Actualités

Bilan de Noël – coach de l’année : La touche Mike Budenholzer a bien pris à Milwaukee

Source photo : TMJ4

Quand une équipe accumule les défaites, le premier ciblé est souvent, et parfois injustement, le coach. Alors quand une équipe pratique un beau basket et que le succès est au rendez-vous, il est légitime de féliciter leur bon boulot. Cette année encore, il y a du beau monde, et cette année encore on ne parlera pas de Brad Stevens. Sauf que cette fois-ci, ça s’entend. Place à la course au coach de l’année !

1/ Mike Budenholzer : Quand il avait annoncé vouloir quitter les Hawks pour venir s’occuper des Bucks, il y a du y avoir un sacré nombre d’érections spontanées dans le Wisconsin. D’ailleurs on suspecte les fans des Daims d’avoir toujours la gaule tant leur équipe carbure en ce début de saison. Défense de fer, meilleure attaque de la ligue, meilleure équipe au rebond, un des collectifs les plus aboutis de la NBA. Oui, on parle bien de cette équipe alors si irrégulière entre les mains avinées de Jason Kidd, qui se trouvait être justement une des pires équipes au rebond. C’est ça l’effet Budenholzer, tu prends un défaut et tu le transformes en atout. Son entente avec Giannis Antetokounmpo fait des merveilles (spoil course au MVP) et cela se traduit sur les parquets. L’équipe défend dur, le ballon circule comme on ne l’avait pas encore vu chez les Bucks, et l’équipe détient logiquement le deuxième meilleur bilan de la conférence Est. De quoi placer ce bon vieux Mike en favori pour être coach de l’année, ce qui ne serait pas une première d’ailleurs (2015 avec les Hawks)

2/ Nick Nurse : Oui, l’effectif des Raptors est un des plus profonds de la ligue. Oui, la plupart des membres de l’effectif étaient déjà en place ces dernières années. Mais alors dans la catégorie « prise de fonction parfaite », Nick Nurse s’impose comme un taulier. L’intégration de Kawhi Leonard ? Un modèle du genre, l’ailier n’ayant pas mis plus de 5 minutes à se fondre dans le collectif. Idem pour son pote Danny Green. L’utilisation de Jonas Valanciunas ? C’est simple, l’intérieur réalise ses meilleures statistiques en carrière avec un temps de jeu relativement moyen. Pascal Siakam progresse à vitesse grand V, les rotations sont parfaitement gérées et l’ambiance semble au beau fixe. Quand on a une attaque aussi huilée et une défense parmi les plus insupportables de la NBA, logiquement on est en course pour être le meilleur coach. Détail important dans ce genre de débats : Toronto est bien parti pour conserver le meilleur bilan de la ligue jusqu’en Avril sauf coup du sort. On dit ça comme ça hein.

3/ Doc Rivers : Il y a un mois, le coach des Clippers aurait probablement figuré à la première place de ce top, la franchise occupant alors la première place de la conférence Ouest ! Oui, oui. Exit Lob City, Chris Paul, DeAndre Jordan et Blake Griffin ne sont plus là. Le Doc se trouve à la tête d’un effectif sans réel star, et visiblement il avait le remède qu’il fallait. Qu’on se le dise, Doc Rivers est un cador quand il s’agit de tirer le meilleur d’un groupe, et c’est exactement ce qu’il fait cette année autour de Danilo Gallinari et Tobias Harris. Ce dernier devrait logiquement être récompensé d’une sélection au All-Star Game, un exploit vu la concurrence. Lou Williams salit toujours autant les défenses en sortie de banc et le rookie Shai Gilgeous-Alexander est parfaitement utilisé. Articulée autour d’une défense solide et d’un collectif appliqué, l’équipe peut compter sur Doc pour bien finir ses rencontres, une qualité qui lui permet de se trouver encore dans le top 5 malgré sa baisse de régime. Souvent raillé par le passé, Doc Rivers mérite d’être félicité pour ce qu’il réalise actuellement, à savoir une parfaite opération séduction avant la free agency 2019.

Si les Pacers continuent à squatter le podium de la conférence Est, il va falloir commencer à étudier le dossier de Nate McMillan ! Et discrètement mais sûrement, Luke Walton est en train de faire du vrai bon boulot avec les Lakers. Un coach pour l’instant adoubé par LeBron James, en voilà une performance !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités