*
Connect with us

Actualités

Retour sur la performance dantesque d’Atlanta, une première dans l’histoire des playoffs depuis 25 ans

Après une énorme remontada de 26 points pour remporter le match 5 face à Philadelphie, Atlanta s’est mis dans la meilleure situation possible en menant à présent 3-2 dans la série. Si on parle beaucoup du fait que les Hawks ont réalisé une performance dantesque, on ne parle pas assez du fait qu’ils ont fait une perf similaire lors du match 4. Car oui, lors du game 4, les Hawks étaient alors menés de 18 points et ont aussi réussi l’exploit de revenir. Alors, après tout, pourquoi pas réitérer l’exploit ?

En effectuant deux retours tonitruants dans les deux dernières rencontres les opposants aux Sixers, Atlanta est en train de montrer que c’est une équipe qui a du cœur et qui par-dessus tout ne lâche rien. Nate McMillan a bien résumé la chose, en expliquant notamment qu’un match durait 48 minutes, et que chaque seconde était des plus importantes.

« Il n’y a pas d’abandon. » A déclaré Nate McMillan. « Nous parlons toujours de jouer un match de 48 minutes. C’est long un match Et cette fois il a fallu 48 minutes pour y arriver ».

Mais alors à quel point cette victoire était-elle improbable ? Si on se réfère à la Data d’ESPN Stats & Information, Philadelphie est la seule équipe à avoir perdu deux fois de suite alors qu’ils détenaient une avance de 18 points en playoffs et ce depuis 25 ans. La stat est folle, et ce n’est pas Trae Young qui dira le contraire.

« Nous avons des gars qui peuvent rentrer des tirs et des paniers à 3 points et qui font en sorte que notre attaque soit prête à tout moment. Nous pouvons marquer des points très rapidement. » A déclaré Young. « Je pense qu’au début, nous avons manqué beaucoup de tirs ouverts et c’était encore une de nos premières mi-temps un peu à côté de la plaque. J’espère que nous tirerons mieux à domicile ce vendredi que ce soir et que lors du dernier match. Nous avons toujours la conviction d’être dans le match. »

En effet, les Hawks ont manqué des tirs en première mi-temps. Atlanta a tiré à seulement 31 % de réussite dans les deux premiers quarts-temps et a fait du 3 sur 12 à 3 points. Les Hawks ont été bien meilleurs avec un pourcentage respectable de 47,6 % dans le troisième quart-temps, réussissant la moitié de leurs tirs à 3 points, avant d’atteindre la zone et de rentrer 16 de leurs 22 tentatives dans le quatrième quart-temps. Pour le duo des Hawks, Danilo Gallinari et Lou Williams, c’était quelque chose qu’ils avaient déjà vu auparavant. Il y a deux saisons, ces deux-là jouaient pour l’équipe des LA Clippers entraînée alors à l’époque par Doc Rivers. Ces Clippers avaient d’ailleurs comblé un déficit de 31 points contre les Golden State Warriors en playoffs soit la plus grande remontada de l’histoire de la NBA en playoffs.

« Je l’ai déjà fait quand nous étions menés de 31 points. Et 26 c’est déjà mieux que 31. » A déclaré Gallinari. « Je pense que vous pouvez le faire tant que vous y croyez, tant que tout le monde y croit. C’est la chose la plus importante depuis le début de la saison. Quand vous continuez à croire et à faire votre travail, des choses incroyables peuvent arriver. »

Les deux joueurs ont joué un rôle important dans le retour des Hawks. Gallinari a réussi un shoot en fadeaway pour donner à Atlanta une avance au score de 107-104 dans la dernière minute, mais c’est Williams qui les a portés. Véritable vétéran de la NBA depuis 16 ans et originaire de la région d’Atlanta qui a fait ses débuts à Philadelphie en 2005, l’ancien sixth man a inscrit 13 de ses 15 points dans le quatrième quart-temps.

« Ces gars n’ont jamais abandonné. » A déclaré McMillan. « Ils ont continué à faire ce que nous essayions de faire. Nous avons fini par trouver une main chaude en Lou et une rotation qui nous convenait. Nous avons commencé à faire des stops défensifs et nous avons continué à nous accrocher. »

Dans le cadre de sa stratégie pour revenir dans le match, Atlanta a utilisé la technique du « Hack-a-Ben » contre le meneur de jeu des Sixers, Ben Simmons. Dans les deuxième et quatrième quarts-temps, Simmons a été envoyé intentionnellement sur la ligne huit fois et il en a planté 3/8. Ce n’est pas la première fois que les Hawks s’en prennent à Simmons et exploitent ses lancers francs dans cette série.

Le taux de réussite de Simmons est de 61,3 % sur la saison. Après sa performance de 4 sur 14 sur la ligne mercredi, Simmons a maintenant un taux de réussite de 32,8 % dans les playoffs

Interrogé sur l’origine de sa maladresse, Simmons a répondu qu’il avait besoin de travailler. Joel Embiid (37 points) et Curry (36 points) ont porté l’offense des Sixers, mais aucun autre joueur n’a marqué plus de huit points. Embiid et Curry ont été les deux seuls joueurs à marquer un panier pour les Sixers en seconde période.

« Nous avions besoin de nous rassembler davantage, je pense. » a déclaré Furkan Korkmaz. « Ce sont les séries éliminatoires. Ils profitent de chaque minute et je pense que c’est tout le but du jeu. Vous devez prendre faire attention à tout le monde. Chaque joueur compte. Chaque point compte. »

Lorsque les Sixers se rendront à Atlanta, ils seront accueillis par un public des Hawks qui tentera d’encourager son équipe vers ce qui ne serait que la deuxième participation de la franchise aux finales de conférence depuis 1970.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités