Connect with us

Actualités

Steve Kerr ramène tous les fans sur terre : Jordan n’aurait jamais pu gagner plus de 6 titres

Un joueur aura beau être talentueux au possible, plusieurs facteurs rentrent en ligne de compte pour gagner. Steve Kerr a tenu à le rappeler à tout le monde.

Les débats sur les potentiels titres de Michael Jordan sont illusoires. Comment demander à un athlète, même MJ, de gagner 4, 5 titres de suite, alors que son papa vient d’être assassiné ? Il peut être au top physiquement mais pas mentalement. Bien qu’il ait joué à une division inférieure, passer par le baseball, se rapprocher d’une certaine façon de son père, c’est un facteur qui lui a permis de se ressourcer. Que dire de la suite après 1998 ? Scottie Pippen n’aurait pas pu résister à partir, pour gagner plus, ce qui s’est produit après son transfert. Dennis Rodman devenant l’ombre de lui même, personne n’est capable de produire le futur. Steve Kerr comprend mieux que personne ce débat. Tous les joueurs sont humains, le business rentre aussi en compte pour assembler un roster et il faut que les planètes soient alignées pour avoir autant de titres ou de succès. Il raconte sur le podcast du meilleur pote de Derek Fisher, Matt Barnes :

“Nous savions que nous étions finis.

C’était un bilan émotionnel qui est si grand ce qui est dur à comprendre pour les gens. Quand une équipe perd son avantage, c’est de l’énergie, c’est de la motivation, c’est juste fini. Les gens peuvent dire « Si les gars sont de retour » ou « Si Michael n’était pas allé jouer au baseball vous auriez 8 titres de suite. » J’appelle ça des c*nneries. Il n’y avait aucun moyen. Il y avait trop de fatigue et ça s’est terminé pour une raison. C’était supposé se terminer. » Steve Kerr sur All The Smoke 

Hormis les Celtics, aucune équipe de l’histoire de la NBA n’est restée aussi longtemps au sommet. 10 ans de suite en finale NBA, finale de conférence ou demi-finale. C’est plutôt ce fait historique incroyable dont il faut se souvenir et pas autre chose. Si les anciens joueurs comme Paul Pierce ou Kendrick Perkins sont là pour faire du clic, il est important d’écouter les gars sérieux tels que Steve Kerr, qui savent de quoi ils parlent. Michael Jordan finira par revenir 3 ans plus tard et il n’était déjà plus vraiment le même, à tel point que son équipe de l’époque, Washington, n’arrivera même pas à se qualifier en playoffs, les deux saisons où il sera présent.

Quand les joueurs majeurs sont plus proches de la quarantaine, que de la trentaine, inutile d’être détective pour prédire que la fin approche. Mais les fans oublient souvent qu’outre la vérité du terrain, l’aspect psychologique d’un terrain est plus important que l’aspect physique.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.




Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"







More in Actualités