*
Connect with us

Actualités

Quand les GOATS NBA disaient de Reggie Miller qu’il était le joueur le plus clutch de l’histoire

Source photo : ESPN

Quand on parle clutch attitude, les premiers noms qui ressortent sont Kobe Bryant et Michael Jordan. Et pourtant, l’un des plus grands oubliés se nomme Reggie Miller et ce ne sont pas les légendes qui diront le contraire.

Les grands moments vécus dans le money-time par Reggie Miller sont légions. En playoffs, comme face à Michael Jordan en finale de conférence, face aux Knicks et ses fameux 8 points en 9 secondes ou encore contre les Nets de Jason Kidd. C’est la même chose en saison régulière. Nombreux sont les légendes à adorer Reggie Miller et sa clutch attitude. En très bon orateur, Magic Johnson en témoigne même s’il ne l’a jamais affronté en playoffs :

« Il adore les grands moments, il adore les gros matchs. Il adore les playoffs ou les matchs marquants contre ses rivaux comme l’étaient Michael Jordan ou genre les Knicks. Il s’élève plus le match est important, plus Reggie MIller est bon. »

La transition est toute faite pour parler du rival et ami de Magic Johnson, un certain Larry Bird. Coach, président des Pacers et avant ça adversaire, il est plutôt bien placé pour parler de Reggie Miller. Ce dernier jouera tout de même 18 saisons, pour 18 points de moyenne, sans jamais être sous la barre des 10 points et au-dessus des 24, preuve de sa régularité :

« Jouer contre Reggie, avoir coaché Reggie, et connaître sa personnalité, Reggie a probablement planté plus de shoots dans les moments cruciaux, que n’importe qui. »

Durant la fin des années 1980, il n’y a pas que Michael Jordan, Larry Bird ou Magic Johnson, il y a aussi les Pistons d’Isiah Thomas. Lors de ses playoffs, face aux Pistons, il tournait déjà à plus de 20 points par match. Encore tout jeune, il arrivait déjà pourtant à impressionner un cador comme IT :

« Nous parlons des joueurs clutchs, pour moi Reggie MIller, on t’apprécie comme l’un des plus grands clutchs players de l’histoire et quand je parle de clutch, je parle pas de la fin du match. Reggie Miller allait mettre ces shoots quand tu étais à -4, et t’avais besoin d’un panier pour rester dans le match. »

Dans The Last Dance, Michael Jordan disait des Pacers, qu’elle était l’équipe la plus difficile à battre, lorsque les Bulls étaient au sommet. Il ne faisait pas partie de l’élite de l’élite et pourtant, Reggie était craint comme un MVP et c’est ça à cela qu’on reconnait les grands.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités