Ne comptez pas sur Danny Ainge pour choper le premier pivot venu : ça va dépendre de "qui"
*
Connect with us

Actualités

Ne comptez pas sur Danny Ainge pour choper le premier pivot venu : ça va dépendre de « qui »

Danny Ainge
Source photo : inside basket

Après une année bien compliquée, entre jeunes qui stagnent et la mayonnaise Kyrie Irving qui tourne mal, les Celtics sont aujourd’hui dans le bon sens et ils dominent même la conférence Est. Pourtant, certains les estiment encore un peu « léger » pour viser les finales NBA. En cause ? Un manque de profondeur dans le secteur intérieur.

Avec 11 victoires et 3 petites défaites, le début de saison des Celtics est même bien plus réussi que les fans l’espéraient. Kemba Walker s’intègre parfaitement au sein du système de Brad Stevens, Jayson Tatum prend ses responsabilités et apprend à lâcher le ballon et Jaylen Brown fait taire ceux qui critiquaient son contrat récemment signé (4 ans et 115 millions de dollars) avec une hausse assez significative de ses statistiques qui le pose en candidat crédible au titre de MIP. Même Gordon Hayward, malgré sa blessure au poignet, retrouve le sourire et rappelle le joueur qu’il a été au Utah Jazz. Mais les Celtics ne cherchent pas simplement à briller en saison régulière. Bien que la plupart des observateurs annoncent plutôt les Bucks ou les 76ers comme candidats sérieux aux finales NBA, les hommes de Boston ne visent rien d’autre que le Graal. Mais pour viser le titre, il faut aussi cerner ses points faibles, et celui des C’s est assez évident à pointer du doigt : le secteur intérieur et le poste de pivot plus exactement, eux qui ont du laisser partir Al Horford cet été (Philly). Si certains pouvaient croire que la franchise se précipiterait pour combler ce vide, c’était assez mal connaitre Danny Ainge, qui ne veut pas dépenser ses assets n’importe comment :

 » Si tout le monde est en forme, je ne crois pas que ce soit un si grave problème. Mais vous savez, avec les blessures que l’on a eu, vous avez envie d’avoir quelques gars plus gros.  Maintenant ça dépend de « qui ». Ce n’est pas juste une question de quelle taille vous faites, ce n’est pas comme si vous aviez juste à trouver un gars de plus de 2.10m pour soudainement devenir meilleur.  » Danny Ainge via Boston Herald 

Il est vrai que jusqu’à maintenant, les Celtics ont pu compter sur de bonnes minutes de Grant Williams sur le poste 5, et le chouchou du TD Garden Marcus Smart a déjà prouvé qu’il pouvait défendre sur des intérieurs bien plus grands que lui. Mais comme le dit le GM des hommes en verts, l’effectif possède des stars sur chaque poste, hormis dans la raquette… Un « soucis » qu’il faudra forcément régler si la franchise veut se montrer à la hauteur de ses ambitions.

Même avec des picks de draft dans sa valise, Danny Ainge compte bien entretenir son image de caïd en négociations. Peut-on s’attendre à un renfort de poids au sein des Celtics pendant la saison ? Oui. Mais pas n’importe qui, et pas à n’importe quel prix !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités