*
Connect with us

Actualités

Milwaukee plus que jamais de retour dans les finales : les Bucks signent un blowout avec un Giannis en mode rouleau-compresseur

Source Photo : USA Today Sports

Les Bucks devaient répondre, ils ont fait encore plus fort en tapant dans la fourmilière pour essayer de changer le momentum de la série. Lors des deux premiers matchs, Phoenix a dominé en privilégiant ses points forts et son collectif face à un mastodonte esseulé du nom de Giannis Antetokounmpo. Ce dernier était de nouveau de retour, il a tout écrasé, mais cette fois-ci avec ses potes Jrue Holiday, Khris Middleton pour remporter le Game 3 haut la main.

Les équipes commencent à se connaître, rendant le début de match très timide. Le premier moment important est la sortie précoce de Giannis Antetokounmpo. Heureusement pour Milwaukee, Khris Middleton assure directement au tir, et Jrue Holiday démarre enfin sa série offensivement pour suivre le rythme, car le leader d’en face est au rendez-vous. Chris Paul a réalisé deux bons premiers matchs, mais ses premiers quarts-temps étaient là pour se mettre en chauffe avant d’accélérer en fin de 2QT et dans le 3QT. Cette fois, il fait des dégâts sur pick and roll avec Deandre Ayton dans la raquette des Bucks d’entrée. CP3 rentre ses premiers shoots, et le pivot des Suns s’installe tranquillement : 12 points à 6/7 dans le premier quart. Giannis revient, joue avec application, même s’il se montre moins que dans le Game 2, logique quand tes coéquipiers t’accompagnent et répondent présent pour te soutenir quand tu es moins bien. En défense, Milwaukee doit renégocier les switchs. Ils n’hésitent pas à se mettre à deux sur Chris Paul et Devin Booker qui leur ont fait tant de mal dans les premiers matchs. Même avec un Booker au ralenti en début de rencontre, un meneur expérimenté de la trempe de CP3 garde sa vision de jeu. Dans ces moments, les Bucks laissent Ayton rouler seul vers le cercle, et Point God n’a qu’à transmettre le ballon à son intérieur pour qu’il conclue en toute tranquillité.

L’avantage pour les Bucks, c’est que Middleton est chaud ce soir. Il rentre ses shoots et il montre que c’est un mort de faim en attaque et défense. Les encouragements du public et une attaque plus efficace évitent le scénario où les Suns prennent de l’avance juste avant la pause. C’est justement l’inverse qui se produit, les Bucks lancent plusieurs runs. Le Greek Freak se donne du mal pour bousculer la raquette de Phoenix. Holiday arrive à organiser le jeu, Tucker, Lopez et Portis participent à la création et au mouvement de la balle, et au final, ce sont les locaux qui proposent un beau jeu collectif. Côté Suns, Chris Paul laisse toujours ses yeux et ses mains disitruber des ballons à la perfection, permettant même à Kaminsky de scorer. Mais ça tourne moins bien, Book (2/11 au tir) est en dedans, plusieurs roles players que l’on vantait dans les deux premiers matchs n’assurent pas ce soir comme Mikal Bridges et Cameron Johnson, puis Ayton se relâche un peu. En réalité les rôles ont switché : les Bucks mènent la danse grâce à son équipe soudée, de belles actions et une balle toujours en mouvement, alors que les Suns survivent grâce à un joueur en première-temps. Monty laisse un peu trop Paul sur le banc dans les dernières minutes et les Bucks déroulent leur jeu. 35-17 dans le deuxième quart-temps dont un run de 30-9 pour les Bucks et +15 à la pause.

Le troisième quart-temps est habituellement le temps-fort de Chris Paul et de ses petits amis. Milwaukee se distingue en premier néanmoins. Giannis provoque la quatrième faute d’Ayton tôt dans le quart-temps et devient naturellement le point d’appui sur lequel le jeu passe. Face au small ball des Suns, le Grec peut faire très très mal dans la peinture. Phoenix réagit tout de même de l’autre côté. À 2/14 à trois en première période, les hommes de Monty Williams retrouvent de la réussite derrière un Jae Crowder propre en catch and shoot. Puis, Cameron Johnson veut sonner le réveil en envoyant un dunk monstrueusement jordanesque, postérisant P.J. Tucker. Plus qu’un highlight, cette action booste les Suns qui grappillent des points petit à petit. 

Après s’être envolé, Cam Johnson ne redescend pas et réussit plusieurs moves successivement pour revenir à quatre points. Giannis au repos, Jrue Holiday reprend le flambeau en devenant le sniper des Bucks. Il redonne de l’air aux siens en inscrivant trois shoots à trois points consécutifs. Milwaukee réussit dans ce troisième quart à toujours répondre aux shoots dangereux de Phoenix : Cameron Johnson plante, Jrue Holiday répond, Jae Crowder s’y met, Pat Cannaughton rejoint la partie… Malgré tout, le meneur du Wisconsin est particulièrement bouillant. Il a fallu deux matchs pour que Jrue préchauffe avant de se transformer en Steph Curry dans le Game 3. Et avec la rage et la place au rebond offensif de son franchise player dans la peinture orpheline de Deandre Ayton, les Bucks assomment les Suns d’un 16-0 et coupent leur élan.

Avec 22 points d’avance avant d’entamer le dernier quart-temps, l’espoir est minime pour Phoenix. Milwaukee maintient la pression, redoute la remontada. Ils tentent donc d’enfoncer le clou le plus vite possible. Jae Crowder et Chris Paul essaient encore d’orchestrer quelques bonne possessions, mais l’écart est trop grand. Le Grec ne se relâche pas et envoie un deuxième match de rang à plus de 40 points. Son plus grand défaut ne l’a même pas handicapé ce soir, puisqu’il est à 13/17 aux lancers. Giannis Antetokounmpo termine donc la rencontre avec 41 points, 13 rebonds et 6 passes décisives, en Finales NBA, il faut le rappeler. Vient alors le garbage time, avant de finaliser la victoire de Milwaukee 120-100. Les Suns ont concédé trop de turnovers (14), ajoutés au manque de réussite au tir après deux matchs où ils étaient très adroits. En défense, les fautes d’Ayton ont coûté trop cher sur les rebonds défensifs, offrant trop souvent des secondes chances aux Bucks.

Milwaukee a maîtrisé son sujet et ouvre son compteur dans ces Finales NBA. Mike Budenholzer a tâtonné pendant deux matchs pour trouver un système et s’ajuster, aujourd’hui cette victoire lui revient en partie. Son équipe a parfaitement joué le coup, derrière son Big 3 Giannis-Middleton-Holiday. Les Bucks s’imposent de 20 points dans le Game 3 et une victoire aussi nette relance forcément la série avant le deuxième match au Fiserv Forum.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités