*
Connect with us

Actualités

Les chiffres stratosphériques de Nicolas Batum : l’ailier n’a jamais aussi bien shooté de sa vie

Nicolas Batum réussit une saison de haute volée. La meilleure de sa carrière ? En termes de chiffres, on reste encore loin de sa première saison à Charlotte, avant qu’il tombe au plus bas. Les Clippers sont bien contents de l’avoir, à la vue de leurs nombreux problèmes au shoot cette saison, « Batman » lui assure pour remonter la moyenne globale de l’équipe.

L’ancien coéquipier de Tony Parker en équipe de France a construit sa réputation sur ses qualités all-around. Un joueur qui est capable de prendre le meilleur attaquant adverse grâce à ses mensurations, ses longs bras, sa détente, ainsi que son sens de l’anticipation. En attaque, il est un joueur capable de créer pour les autres et a une vision hors norme même s’il a la main gauche un peu faible. Bien sûr, on ne présente plus ses qualités au shoot et justement, il fracasse tout sur son passage cette saison pour le plus grand plaisir de la Clippers nation. Il n’a jamais aussi shooté aussi bien à 3 points, en tournant à 44.8% de loin. Avant ça, sa meilleure moyenne remontait à son année sophomore où il était à 40.9%. Même chose à 2 points avec un pourcentage élite grâce à 76.2%. Oui vous avez bien lu et on parle d’un gars qui ne traine pas trop dans la raquette. L’ironie dans tout ça ? Ses lancers. Il n’est qu’à 42.9% mais c’est surtout car il n’en a que shooté 7 au total cette saison pour 3 réussites.

Avant de rentrer un peu plus dans le détail, la petite anecdote qui va bien. Si on ne compte pas ses 3 points et ses layups/dunks, il n’a mis qu’un shoot à mi-distance, tellement symptomatique de la NBA d’aujourd’hui qui est dans le 3 points ou l’attaque de la raquette. Alors qu’on aurait pu penser l’homme avide de shoots dans le corner, sa sélection reste assez variée, comme vous avez pu le voir dans sa shotchart. Pour se nourrir de shoots à 3 points, Nicolas Batum peut compter sur le jeu collectif et de passes des siens. Sur ses 46 shoots rentrés, 41 proviennent d’une passe décisive. Encore mieux, pour ses 30 shoots paniers à 3 points rentrés, seul 1 shoot ne vient pas d’une passe décisive. Pour terminer, un petit fun fact, il est aussi adroit un mètre derrière la ligne qu’à quelques centimètres. L’effet Paul George ?

Il n’allait pas se transformer en Kawhi Leonard mais que ça fait plaisir de le voir aussi adroit et être encore mieux offensivement que l’an passé dans le registre du shoot. Rappelons qu’en venant aux Clippers, il ne devait qu’être un joueur de rotation…

Malika Andrews, superstar de la bulle : la vingtaine et déjà plusieurs vies pour la pépite d’ESPN

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités