Connect with us

Actualités

Les Bucks l’emportent en overtime face aux Raptors dans un match assez indigeste pour tous les fans (101-104)

Source photo : Twitter

Connaissez-vous la purge ? Au cinéma, dans American Nightmare, les Américains ont le droit une nuit par an d’assouvir leurs bas instincts et commettre impunément n’importe quel crime. Eh ben cette nuit en NBA on a eu droit à la nuit où les équipes ont le droit de proposer un basket dégueulasse et taper des records de médiocrité au scoring. On espère que ce ne sera qu’une nuit dans l’année hein…

28 shoots de suite manqués. L’auteur de ce papier est tout à fait capable de reproduire ce genre de performances dans son playground le plus proche, mais dans la grande ligue ça fait un peu tâche. Pourtant c’est à ce spectacle que nous avons été invité devant le Raptors-Bucks de cette nuit, avec un 1er quart-temps terminé sous le score de 12-13 avant de revenir au vestiaire à 39-38. Dire qu’on se « plaignait » récemment du trop grand nombre de points inscrits en NBA sur les dernières années, là effectivement ça sentait bon les années 90 où la première équipe qui inscrivait plus de 90 points dans un match se voyait déclarée pyromane.

Heureusement, Giannis Antetokounmpo s’est réveillé et a fait accélérer le rythme de la rencontre, mais on était tout même loin de ses récentes sorties dans ce début de match. Dominateurs en seconde période, les Bucks étaient malgré tout à deux doigts de choke en fin de rencontre, les Raptors emmenés par un Fred VanVleet bouillant (28 points) dans le 4ème QT ont réussi à venir provoquer l’overtime, bien secondé par Gary Trent Jr (22 points). Mais en prolongations Giannis Antetokounmpo (31 points, 21 rebonds, 10 passes) et surtout Grayson Allen se chargeront du reste, ce dernier inscrivant le tir primé du corner qui viendra clôturer cette triste rencontre (101-104).

Une victoire est une victoire, c’est d’ailleurs ce que tweetera le CM de Milwaukee juste après la rencontre. Celle de ce soir n’est clairement pas la plus belle, disons qu’elle aura au moins permis de prouver une nouvelle fois que même dans un match « moyen » Giannis salit la feuille de stats comme un cochon…

Steven Adams a perturbé les Kings…et a facilité la vie de Ja Morant

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités