Connect with us

News

L’annonce avant l’heure : Gary Payton et Karl Malone avaient prévu leur arrivée bien avant 2003

Source photo : Nba2K.org

Quand on joue au basket, la NBA représente le rêve ultime. Et quand on joue enfin en NBA, la plupart des joueurs voient les Lakers de Los Angeles comme LA franchise dans laquelle il faut passer au moins une saison. C’est ainsi que plusieurs légendes de la balle orange on rejoint la Californie, parfois en même temps comme le montre l’équipe montée en 2003.

L’année 2003 est connue pour sa Draft légendaire qui verra notamment LeBron James, Dwyane Wade ou encore Carmelo Anthony rejoindre la Grande Ligue. Les Lakers sélectionnent à cette occasion Brian Cook avec le 24 choix. Ce nom ne vous dit probablement rien, et c’est normal. La franchise avait cette année là tablée sur la Free-Agency pour monter son équipe candidate au titre. C’est ainsi que les agents libres Gary Payton et Karl Malone rejoignent la Californie pour seconder le duo légendaire Shaquille O’NealKobe Bryant. Mais si les deux vétérans profitent de cette année pour se retrouver, la rencontre était prévue bien avant.

« La manière dont nous sommes arrivés à Los Angeles, c’est parce que Karl et moi en avions parlé avant. Nous en avions discutés lors de deux All-Star Games. »

The Glove et The Mailman sont à la fin de leur carrière au moment de la fin de leur contrat avec leurs équipes respectives. Payton a passé 13 ans du côté des SuperSonics de Seattle avec un passage de quelques mois chez les Milwaukee Bucks, et n’a jamais gagné de titre. Karl Malone est resté au Jazz de l’Utah pendant 18 ans, lui non plus sans jamais gagner un seul titre. Les deux Hall of Famer ont donc ce point commun en 2003 d’être deux légendes de leurs franchises non baguées en raison de la domination d’un certain Michael Jordan. Les Lakers, eux, sortent tout juste d’un three-peat et sont bien partis pour aller chercher un quatrième titre consécutif. C’est donc une opportunité en or pour les deux vétérans.

« Tout d’un coup, Karl m’a appelé et a dit: « Tu sais que je veux aller à LA. Je veux prendre du soleil, sortir de toute cette froideur. Je veux sortir de toute cette merde. Profitons de la fin de notre carrière et faisons ce que nous faisons. Nous pourrions signer ici pour 2 ans, pour nous relancer et terminer notre carrière ici, et ce sera amusant ». Il a dit : « Je prends le moins d’argent, tu prends le plus d’argent ». Et c’est ce que nous avons fait ».

Payton et Malone sont à un tournant de leur histoire, l’occasion de gagner une bague après près d’une quinzaine d’année de recherches. Quand Malone dit qu’il veut sortir de là, c’est parce qu’il sent que sa franchise veut se reconstruire et que les proprios ont acceptés l’idée que malgré leur talent légendaire, le duo Stockton – Malone ne pourrait pas rapporter un titre à la franchise. Les Sonics ont déjà fait comprendre ce message à Payton en le tradant au milieu de la saison 2002-2003 contre Ray Allen. Malheureusement, l’expérience aux Lakers ne marchera pas non plus, les Angelinos étant stoppés dans leur élan en Finals NBA contre les Detroit Pistons, et ne reverront la couleur d’un titre qu’en 2010, longtemps après le départ des deux grandes gueules.

Si le All-Star Game peut donc avoir perdu de son intérêt sur le parquet, il est toutefois le théâtre de retrouvailles pour les joueurs qui peuvent y préparer leur avenir ensemble. Quand à nos deux légendes, Malone finira sa carrière après cet épisode d’une saison seulement, les mains vides de bagues mais pleines de dollars. Payton gagnera enfin un titre avec le Heat de Miami en 2006 et mettra fin à sa carrière en 2008.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.




Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"




More in News