*
Connect with us

Actualités

La NBA ne compte pas rester silencieuse après la prise d’assaut du capitole à Washington

Une fois de plus, les States sont partis en live avec la prise d’assaut du Capitole. Meurtri par ce qui arrive dans leur pays, les coachs et joueurs n’ont pas tardé à réagir.

Un peu avant 1 heure du matin, on a cru au pire dans le monde de la NBA. Les joueurs discutaient entre eux de comment faire pour répondre à cet acte et ainsi de ne pas jouer. Pour rappel, des terroristes ont pris d’assaut le capitole d’une extrême violence, pour empêcher de certifier la victoire de Joe Biden. Dans les différentes rencontres, les différents joueurs ont pu discuter, très souvent les capitaines. Jimmy Butler avec Jaylen Brown (vice président du syndicat des joueurs), Kyle Lowry avec Chris Paul (président du syndicat des joueurs) et la question se posait, notamment pour le choc diffusé sur ESPN, les Celtics contre le Heat : est-ce que les joueurs allaient jouer ? Dans un premier temps, ils pensent à ne pas jouer mais finissent par publier un communiqué :

« 2021 est une nouvelle année mais certaines choses ne changent pas. Nous jouons ce soir avec le cœur lourd après la décision hier à Kenosha [Les policiers qui ont tiré sur James Blake, un afro américain, ne seront pas inculpés] et connaissant la façon dont les manifestants dans notre capitale sont traités différemment par les leaders politiques dépendent de quels côtés les problèmes sont. La différence drastique entre la façon dont les manifestants le printemps dernier et l’été étaient traités et l’encouragement donné aux manifestant aujourd’hui qui agissent illégalement et montrent à quel point le travail que nous avons à faire.

Nous avons décidé de jouer ce soir pour essayer de ramener de la joie dans la vie des gens. Mais nous n’allons pas oublier les injustices dans la société et nous allons continuer d’user nos voix et notre plateforme pour faire la lumière sur les problèmes et tout faire pour travailler pour plus d’égalité et juste l’Amérique. »

Communiqué de Boston Celtics

Parmi les images choquantes, ce sont ces fameux pro-Trump qui sont limites aidés par la Police pour évacuer le Capitole après l’avoir attaqué. La différence de traitement fait mal au cœur et Doc Rivers représentait cette voix de cette minorité qui n’en peut plus d’être maltraitée de la sorte :

« Je vais le dire parce que je pense que les gens  veulent que ça soit dit. Est-ce que vous imaginez une seconde ce qui se serait produit si c’était des gens noirs qui avaient envahi le Capitole ? Pour moi, ces images valent mille mots. On a pas vu de chiens policiers lâchés sur les gens, de matraques utilisées pour frapper… Ces personnes ont été escortées paisiblement hors du Capitole. Cela montre bien qu’il est possible de disperser une foule sans violence.. C’est un triste jour pour notre pays. Le monde a vu ça. C’est une partie de ce que nous sommes et il nous faut résoudre ce problème. »

Autre réaction notable, Draymond Green. Depuis désormais ce fait historique, il n’apprécie pas que ces personnes soient appelées des manifestants. Ce sont des terroristes qui bafouent les lois et il ne comprend pas comment ils peuvent être traités avec douceur alors qu’ils auraient dû être traités comme des criminels, ce qu’ils sont en réalité :

« Cela montre que le système policier était construit contre les hommes noirs et de couleur. Et c’est la raison pour laquelle les réactions sont différentes. C’est la raison pour laquelle quelqu’un peut marcher ou courir ou se frayer un chemin vers le haut-parleur de la maison et mettre leurs pieds sur le bureau [un homme saccage et met les pieds sur le bureau de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des Représentants] comme s’ils étaient à la maison sur leur canapé.

Réaliser un assaut dans un bâtiment et casser les fenêtres et podiums et tous ces trucs. Ce n’est pas une manifestation, c’est une attaque terroriste. Donc arrêtez de les décrire comme la même façon dont vous décrivez ceux qui se tiennent et chantent et disent « Nous voulons la justice, nous voulons la paix. » Arrêtez d’utiliser le même mot. C’est irrespectueux. C’est ridicule et c’est honteux. Ne les appelez pas des manifestants. Ils ne sont pas des putains de manifestants. Ils sont des putains de terroristes. »

Miami se déplace à Washington dimanche et Bam Adebayo a tenu à réagir à cette situation. Il voit deux Amériques. Celle des afro-américains et celle du privilège blanc. Une réalité dans le monde mais encore plus criante aux U.S.A. Durant l’été dernier, il a été une des grandes voix dans la bulle concernant le combat de la justice sociale. Bam Adebayo restera ainsi dans sa chambre d’hôtel dimanche prochain, par peur de ce qui pourrait arriver et aussi sans doute pour envoyer un message fort. Marcus Morris quant à lui, ne souhaitait pas jouer hier (victoire contre Golden State), même son de cloche chez Paul George :

« Ce sont deux mondes différents dans lesquels nous vivons, et c’était clair comme le jour. Le respect pour les gens de couleur, il n’y en a pas. C’est l’époque dans laquelle nous vivons. C’est très malheureux … J’aurais voulu que la ligue ferme aujourd’hui pour faire la lumière sur ce qui se passe vraiment dans le monde. »

Voilà le monde et ses mauvais côtés. Les images sont plus criantes que des mots. Les preuves sont là, les afro-américains restent esclaves de la suprématie blanche qui peut faire ce qu’elle veut et c’est triste à dire mais plier le genou ne suffira pas une nouvelle fois. Pour résoudre une telle injustice, il faudra du temps, beaucoup de temps et énormément d’investissement. La vie est injuste n’a jamais pris autant son sens et les joueurs/coachs NBA semblent vouloir prendre ce combat à bras le corps.

Draymond Green a failli tuer Kawhi Leonard : une faute flagrante idiote, inutile et surtout très dangereuse…

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités