*
Connect with us

Actualités

Karl-Anthony Towns voit en Anthony Edwards, un Magic Johnson, en terme de star power : « Il montre pourquoi il est le 1er choix de la draft »

Source image : Journal d'Afrique

Anthony Edwards a ébloui tout le monde de son talent cette saison. Le premier pick de la draft a justifié le choix des Wolves en assumant son statut de pépite à polir. Suffisant pour être déjà comparé à Magic Johnson ?

Anthony Edwards est un prodige du basket. Cela ne fait plus aucun doute, l’arrière de Minnesota a tout ce qu’il faut pour devenir un grand voir un très grand de la grande ligue. Des qualités physiques au-delà du commun des mortels, tout le monde se souvient encore de son poster sur Yuta Watanabe. Une qualité technique aussi déjà bien développée. L’arsenal offensif du numéro 1 des Wolves est dingue. Drives, floaters, shoots à mi-distance, 3 points en catch and shoot ou même en iso avec un step-back de plus en plus efficace, le jeune joueur a déjà presque tout. Et surtout, et c’est le plus criant chez lui, une confiance en soi de tous les instants.

Anthony Edwards pense qu’il peut être le meilleur dans n’importe quel domaine, dans n’importe quel sport. Une confiance en soi nécessaire pour survivre en NBA. C’est très rare de voir un joueur NBA penser qu’il n’est pas le meilleur joueur, le meilleur shooteur de son équipe. Anthony Edwards n’est donc qu’un exemple parmi tant d’autres pourrait-on se dire. Sauf que la jeune star des Wolves a eu l’habitude d’ajouter les actes aux mots, et est désormais en pôle position pour remporter son premier titre individuel de sa carrière, celui de Rookie de l’année. Une capacité à attirer les projecteurs sur lui qui n’est pas sans rappeler les plus grandes légendes de la ligue. Selon Karl-Anthony Towns, Anthony Edwards ressemble sur ce point pas mal au meilleur meneur de l’histoire, Magic Johnson.

« C’est plutôt simple. Nous ne pouvons laisser les égos se mettre en travers de notre route. Une des choses qui a rendu Magic Johnson si spécial est que pendant qu’il était sous le feu des projecteurs et ces choses-là, il était prêt à le partager avec tout le monde, et nous devons tous être capable de le faire. »

Cette déclaration de Karl-Anthony Towns sonne comme un éloge à son coéquipier mais également comme un avertissement. En effet, le trio Karl-Anthony, D’Angelo Russell et Anthony Edwards est un trio qui a tendance à attirer les médias. Deux premiers choix de draft, un second, on peut dire que la pression des journalistes, les trois sont habitués à la connaître. Reste maintenant à savoir comment se partager cette attention, pour que personne ne se sente délaissé. Et surtout placer l’équipe avant les égos de chacun. Malgré tout, le pivot des Wolves salue la magnifique première saison de son rookie.

« Il a montré pourquoi il est le premier choix de la draft et pourquoi c’est le rookie de l’année. Donc nous devons tous mettre nos égos de côté. On ne peut pas laisser ça se mettre entre nous. On ne peut pas laisser cela être une histoire de talents incroyables réunis et que ça ne marche pas. »

Karl-Anthony Towns met en garde la pépite des Wolves. La talent est indéniable, la personnalité est bien installée aussi, attention à ne pas vouloir tout prendre pour soi. L’avenir en tant que groupe de Minnesota en dépend.

2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: LaMelo Ball était gêné par son poignet depuis son retour : l'été va lui permettre de récupérer complètement

  2. Pingback: Quand Adrian Wojnarowski spoile 6h avant la draft

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités