*
Connect with us

Actualités

James Harden tient un discours « humain » pour mieux le comprendre : jouer à un niveau MVP si longtemps, peut être tant une bénédiction qu’une malédiction

On a eu droit à du grand James Harden cette nuit. Pourra t-il enchaîner ? Là où est toute la question. Son discours permettra aux fans de relativiser sur le niveau global d’une carrière haut niveau en NBA.

Pour prendre l’exemple sur la décennie précédente, tous les joueurs ne sont pas aussi performants à 32 ans qu’à 22 ans. Les Tim Duncan, ou autre Kevin Garnett n’ont pu garder le même niveau de jeu qu’un Kobe Bryant. On s’attend à ce qu’il performe tous les soirs, pratiquement au même niveau pendant 10, 15 ans mais ça ne marche pas ainsi. C’est pour cela qu’il faut apprécier les prestations de Stephen Curry et Kevin Durant, ça reste unique d’être aussi bon à cet âge avancé. Pour James Harden, les médias et les fans oublient à quel point c’est dur d’être performant passé un certain âge. Jouer à un niveau MVP tous les soirs semble si facile quand on voit les meilleurs, Harden veut humaniser cette tendance :

« Quand je ne marque pas 30 points, quand je marque en moyenne 18 points,  ‘Qu’est-ce qui ne va pas avec James ?’ C’est encore assez solide. J’ai joué si bien et à un incroyable niveau, que celui où vous établissez des normes pour moi, et je me fixe également des normes. Je continue à travailler. Je me sens beaucoup mieux , et le travail ne s’arrête pas.

Je veux dire, le plus haut [niveau] dans le sport est la NBA, les joueurs les plus talentueux de ce monde. Donc ça ne va pas être facile pour moi de faire ce que je fais. Cela demande beaucoup de travail acharné pour jouer à un stade auquel vous m’avez vu jouer. »

Pour l’instant, cela ressemble à une question de jus. Certains soirs, on va voir des flashs de James Harden MVP, d’autres soirs, il semble vieux, lent, pas impliqué car le mental et le physique ne suivent pas. Cette nuit, on a vu le « vintage » James Harden. En rythme, il n’y a rien à faire hormis prier, comme il aime en plaisanter en conférence de presse. Précis de loin, agressif vers le cercle, sa capacité à enfin shooter en catch and shoot, l’a bien aidé à se libérer. La défense a ensuite mis la pression et cela a été plus facile pour lui de créer pour les autres : 39 points à 11/18 au shoot, 6/10 à 3 points, 5 rebonds et 12 passes. Il s’agit de sa meilleure performance mais son attitude est exemplaire. Pas de flex, pas d’enflammade, il continue à travailler et ne juge pas ce match comme une sorte de récompense ou une sorte d’acquis. Cela n’influera pas sur son éthique de travail et son équipe est relativement compréhensible :

« Il a été super ce soir. Il a été très bon la semaine dernière environ et il a évolué dans la bonne direction, mais je ne veux pas trop m’emballer. Laissons-lui le temps de reprendre son jeu. » Steve Nash

James Harden a la bonne mentalité et les fans devraient appréciés. Moqué depuis le début de saison, ce n’est de toute façon pas à ce moment qu’il sera attendu au tournant. Apprécions James tant qu’on le peut. En plein match et avec la passion du jeu qui prend le dessus, on ne pense pas forcément à penser cela mais à tête reposé, le discours de James Harden est compréhensible de tous. Un peu d’empathie ne fait de mal à personne.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: James Harden est allé voir Reggie Miller pour se souvenir qui il était : "C'était la motivation avant le match, quelque chose dont j'avais besoin"

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités