Il ne fallait pas énerver la bête : Joel Embiid explose tout en deuxième mi-temps pour faire le break dans la série – The Daily Dunk
Connect with us

News

Il ne fallait pas énerver la bête : Joel Embiid explose tout en deuxième mi-temps pour faire le break dans la série

Source photo : Clutchpoints

Un match de playoffs NBA à 21h le samedi soir, c’est déjà un joli cadeau. Mais alors une rencontre comme ce Game 4 entre les Nets et les Sixers, c’est carrément Noel avant l’heure ! Bon courage aux autres matchs pour passer après celui-ci vu le régal que ça a été. Enfin, sauf si vous êtes fans des Nets…

Confirmé présent juste avant le coup d’envoi, Joel Embiid va inscrire les deux premiers paniers de son équipe. Les deux équipes se montrent globalement précises sur les premières minutes de la période, jouée à un tempo élevé. JJ Redick s’offre un joli tir extérieur en sortie d’écran mais les 76ers vont rapidement se retrouvés dépassés. En effet, Kenny Atkinson a choisi d’intégrer Caris LeVert dans le cinq majeur ce soir et il va vite en être récompensé. L’arrière et Jarrett Allen vont s’offrir deux jolis alley-oop consécutifs, les dribbles de LeVert mettant la défense des 76ers en grande difficulté. Jared Dudley va intercepter Ben Simmons avant d’offrir à D’Angelo Russell son premier tir réussi de la soirée, et le Barclays Center se réveille enfin ! JJ Redick inscrit un nouveau tir à 3-points en sortie de temps-mort mais LeVert et Allen sont impossibles à stopper. La raquette de Phiilly souffre sans un Embiid à 100% et Jarrett Allen en profite pour grapiller de nombreux rebonds offensifs.

Ca fait 22 points en cumulés pour le duo de Brooklyn et leur équipe mène logiquement de 9 points (24-33) avant d’entamer le second quart-temps. Mais les Sixers vont vite se reprendre, Tobias rentrant un jumper à mi-distance avant que Jimmy Butler, discret jusqu’ici, prenne les choses en main. Layup, lancers provoqués puis tir extérieur, Jimmy Buckets ramène les siens et il faudra un bon passage de Spencer Dinwiddie pour éviter à son équipe de perdre l’avantage au tableau d’affichage. James Ennis et Caris LeVert, encore lui, s’échangent un tir primé mais Jared Dudley va prendre feu. Le meilleur ennemi de Ben Simmons va inscrire 2 tirs primés et trashtalker l’Australien, en plus de délivrer de bons ballons en contre-attaque pour Joe Harris. De quoi régaler le public et donner de nouveau 6 points d’avance aux Nets à la mi-temps : 57-63.

Dès le début de seconde mi-temps, Caris LeVert va refaire des siennes, en envoyant Jarrett Allen au alley-oop puis en rentrant un superbe layup contesté. Les deux équipes se rendent coup pour coup, et ce n’est pas qu’une expression puisque le match va totalement partir en sucette : Embiid claque un gros contre sur Jarrett Allen, Jared Dudley voit rouge et le pousse. Le pivot ne bronche pas mais Jimmy Butler va péter les plombs et balancer le joueur des Nets dans le public sous les yeux de Ben Simmons ! Après délibérations, les arbitres ne plaisantent pas et décident d’expulser Butler et Dudley. Une décision contestable, et qui aurait pu abattre les 76ers, mais au contraire ces derniers vont être montés à bloc. Embiid et Simmons sonnent la révolte pour recoller au score avant que D’Angelo ne rentre un tir primé malgré sa maladresse du soir (5/18). Comme lors des derniers affrontements, Spencer Dinwiddie va se montrer précieux en sortie de banc en trouvant mouche sur 3 possessions consécutives. Tobias Harris et Caris LeVert trouvent également de l’adresse à distance, mais l’arrière des Nets aura le dernier mot avec un tir à 3-points qui donnera 6 points d’avance à son équipe à la fin du troisième acte : 85-91.

Ben Simmons et James Ennis rentrent chacun un layup dès que le jeu reprend, pendant que Joel Embiid fait un gros chantier en défense en posant son 6ème contre de la soirée avant de rentrer un joli eurostep. En deux minutes, les Sixers sont revenus à seulement un point d’écart et Kenny Atkinson prend logiquement un temps mort. Salvateur d’ailleurs, car Caris LeVert enverra de nouveau Allen au alley-oop avant que D’Angelo Russell n’inscrive un tir du parking. Boban Marjanovic provoque plusieurs fautes pendant qu’Embiid se repose sur le banc, mais le match prend des allures de garbage-time par moments, avec beaucoup de ratés de part et d’autres et des ballons perdus à trop vouloir accélérer le jeu. Mais à mesure que le money-time approche, les deux équipes se reconcentrent, Ben Simmons obtient 2 lancers et Embiid rentre un layup tout en puissance, ramenant Philly à une possessions. Le pivot semble remonté depuis l’incident avec Dudley et même en étant diminué il marche sur la raquette des Nets. A la suite d’un dunk, bien servi par son meneur, puis d’un nouveau puissant layup, les Sixers passent en tête et refroidissent le Barclays Center : 101-100.

Les deux dernières minutes vont être étouffantes. Spencer Dinwiddie vient redonner l’avantage aux siens sur une jolie pénétration, suivi par Tobias Harris qui rentre un jumper après beaucoup de tirs manqués. D’Angelo feinte Redick et inscrit un tir primé plein de sang froid (104-106) mais ce dernier se venge immédiatement sur l’action d’après, lui aussi à 3-points. Le chrono tourne, la défense des Sixers se regroupe dans la raquette, mais Joe Harris arrive à rentrer un layup avec 25 secondes à jouer. L’atmosphère est irrespirable… Servi dans la raquette, Joel Embiid s’embourbe et est à deux doigts de perdre le ballon, mais il parvient à la claquer dans un geste de volleyeur pour servir Mike Scott dans le corner : BANG ! 110-108 ! Il ne reste qu’une poignée de secondes à jouer dans ce match. A son tour, Jarrett Allen est servi en déséquilibre dans la raquette des 76ers, mais il se fait directement prendre à trois et Ben Simmons parvient à lui chiper le ballon. Faute sur Harris qui donne 2 lancers à Philly et la victoire par la même occasion : 112-108. Atkinson est furieux et réclame une faute précédemment sur Allen (difficile à siffler tout de même…) et les Nets au complet peuvent regretter cette défaite cruelle après avoir fait longtemps la route en tête sans avoir été capable de faire LE break…

Pas à 100%, hésitant, diminué, blessé, moins dominateur etc. Tous ces termes ont été prononcés pour qualifier Embiid sur cette rencontre, et ils furent vrais. Il n’empêche que le pivot a été monstrueux, notamment après avoir été chauffé par Jared Dudley, qui aura fait office d’élément déclencheur de la révolte de Philly… 31 points, 16 rebonds, 7 passes, 2 interceptions, 6 contres, putain qu’est ce que ça aurait été s’il était à 100% ?! Avec leurs deux victoires prises à l’extérieur, les 76ers ont déjà posé un pied en demi-finales de conférence. Vivement le match 5 à Philadelphie !

 

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.







More in News