Connect with us

Actualités

Anthony Davis sauve les fesses des Lakers : Nikola Jokic peut bien pleurer après un comeback pas loin d’être héroïque

Les Nuggets viennent de comprendre qu’ils ne jouaient pas les Clippers. Pas de choke des Lakers, qui n’ont pas craqué sous la pression. On ne parlera pas de braquage mais Anthony Davis a sauvé les fesses des Lakers et de Lebron James, au détriment du super run de Nikola Jokic. 2 à 0 désormais mais attention, la série est loin d’être terminée.

Dimanche oblige, le match de la nuit commence plus tôt, après la nuit spéciale Black Panther en l’honneur de Chadwick Boseman. Le début de rencontre est plus que brouillon entre maladresse au shoot pour Los Angeles et pertes de balle pour Denver et on ne peut pas mettre ça sur le compte de la cuite du samedi soir. C’est alors que Lebron James rentre en piste et veut se rattraper de son match à seulement 15 points. Il rentre les 12 premiers points de son équipe, pendant que Anthony Davis est assez passif. Ce dernier rentre quelques shoots, quand Lebron James sera sur le banc. Nikola Jokic n’arrive pas à non plus à trouver le chemin du panier, à tel point que les Lakers lâchent un 18 à 3 en 4 minutes. La second unit des L.A permet de lâcher un violent run mais Michael Porter Jr, bien aidé par le buzzer de Jamal Murray, permet que l’écart ne soit pas si élevé.

MPJ sait qu’il doit plus apporter et ne pas être en retrait derrière la ligne à 3 points. Il plante 10 points en 13 minutes, sauf que son équipe l’oublie peu à peu. Lebron James se remet au diapason, lui qui terminera à 20 points après 2 quart-temps. Au milieu du 2ème quart-temps, le Caruso Show fait son entrée entre poster, paniers et belle défense, il apporte cette énergie à son équipe qui en avait bien besoin, le banc des Lakers devient de plus en plus fou et en absence du public, c’est vital. Les arbitres voient que le match commence à être de plus en plus physique et opèrent en lâchant 2 techniques, plutôt évitables, on peut voir que Dwight Howard est plus excité que d’habitude dans cette série, sans doute grâce à l’Emmy Award remportée par Zendaya ? On ne lui en voudra pas. Nikola Jokic n’est pas très adroit dû à son adversaire direct, qui joue très physique mais son agressivité vers le cercle fait gagner quelques points cruciaux à Denver, qui n’est « qu’à » 10 points à la pause.

La seconde mi-temps sera bien différente pour les Lakers. Il est peu de dire que la domination a été constante durant les 24 premières minutes du match, la suite ne sera pas tout à fait pareil grâce à la réaction d’orgueil de leurs adversaires. Assez maladroit jusqu’à là, Denver rejoue en équipe et Nikola Jokic va se mettre en mode passeur. Les prises à deux sont nombreuses sur l’intérieur de Denver et il sert plus que bien ses coéquipiers, des starters, aux remplaçants, qui retrouvent le chemin du filet à 3 points. Pendant ce temps, Anthony Davis est très adroit et monte en puissance, pendant que Lebron James a une baisse de régime inexplicable. Les Lakers perdent aussi un nombre de ballons important et Denver en profite pour se remettre en rythme.

Pour essayer de revenir au score, Jamal Murray est efficace, pendant que son pote superstar se repose. L’entrée remarquée du 4ème quart-temps sera celle de Dozier. Malgré une certaine maladresse aux lancers (1/5), qui va d’ailleurs lui coûter cher au vu du score, il est très efficace. Il a même l’audace d’aller défier Anthony Davis au cercle, avec une certaine réussite. Dozier est présent sur le terrain grâce à sa défense et grâce à lui, Denver récupère quelques ballons précieux. Michael Porter Jr doit avoir la rage, après son bon match mais pour jouer les fins de match en playoffs, il faut défendre. Pendant que Lebron James joue comme Carlton de la série prince de Bel Air, Anthony Davis rentre un énorme stepback à 3 points et pense avoir tué le match. C’est alors que Nikola Jokic va réussir à planter 11 points de suite. Les deux superstars se livrent un match dans le match dans la dernière minute. Denver mène, puis Los Angeles et sur ce qu’on pense être la dernière action, Nikola Jokic va dominer Anthony Davis au poste bas à 20 secondes de la fin, c’est la dernière fois que son équipe mènera. Les Lakers vont ensuite tout faire pour trouver un bon shoot mais Caruso le rate. La balle va en touche et Rajon Rondo demande à son coach de rentrer pour faire la passe. Il trouvera Anthony Davis qui plante alors un shoot tueur au buzzer pour réaliser le break dans la série… Plumlee doit s’en vouloir après une erreur de communication.

Anthony Davis termine à 31 points, Lebron James à 26 et cette nuit a prouvé que chaque action est importante. Même quand la réussite n’est pas là, il faut continuer à shooter et les pauvres Nuggets l’ont constaté. Les malheureux n’ont pas à s’en vouloir, contrairement aux Clippers, où ils ont été « cool » durant les premières mi-temps, les Lakers quant à eux, jouent à un niveau bien plus élevé et les hommes de Malone ont subi dans un premier temps, avant le comeback inespéré, qui s’est mal terminé. Ils sont déjà passés par là et ce sera à eux de bien réagir dès le match 3.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Actualités