Connect with us

Actualités

Le Thunder désormais dos au mur : le collectif et la défense de Houston ont fait la différence, il va falloir s’y habituer

OKC a vraisemblablement retenu la leçon de la première manche. Après une petite claque reçue au premier match, le Thunder avait l’envie de repartir sur de bonnes bases. C’est ce qu’ils ont fait, avant de petit à petit s’effacer au cours du match.

Le Thunder débute le match avec des intentions bien différentes qu’au game one. Plus précis offensivement, OKC rentre directement dans son match qui s’avère déjà très offensif. Steven Adams n’a pas de mal à s’imposer dans la raquette en attaque, en défense il n’a pas trop l’occasion de le faire. Et pour cause, Houston est très précis dans la premier quart. Grâce à un 8/16 à trois points, les Rockets font la course en tête. Harden est assez discret et ses coéquipiers prennent le relais. Houston tente plus que son adversaire dans ce premier quart et se retrouve logiquement devant, mais OKC affiche déjà un tout autre visage et la rencontre sera bien plus accrochée.

James Harden est mis au repos au début du second quart et Austin Rivers prend le relais. Deux paniers longue distance, un gros Dunk, puis plus rien. Ni pour lui, ni pour le reste de son équipe. Une grosse panne de réussite. Et ce n’est qu’un euphémisme. Plus aucun panier à trois points inscrit jusqu’à la mi-temps. Un très moche 2/19 dans ce second quart qui contraste avec le premier. La raison ? Une énorme défense de OKC tout simplement. Les tirs qui sont pris le sont à l’arrache, il y a beaucoup moins d’espace laissés qu’au match précédent. Harden est défendu par un seul homme, ce qui empêche le déséquilibre ailleurs sur le terrain. Et le barbu est très bien défendu, huit points seulement à la mi-temps. Le retour de Luguentz Dort y est pour quelque chose. De l’autre côté, OKC en profite pour prendre les devants. OKC mène 59-53 en revenant aux vestiaires.

On ne sait pas trop ce qu’a dit Mike D’Antoni à ses  joueurs dans les vestiaires, sûrement un truc du genre « Si vous ne vous réveillez pas, je fais venir un pivot dans l’équipe ». En tout cas, il a su trouver les bons mots pour remotiver son équipe. La réussite défensive change de camp, Houston est métamorphosé. 39, c’est le nombre de points qu’inscrira le Thunder en seconde période. Après une bonne première période, les démons du premier match sont revenus. Beaucoup de pertes de balle, aucune solution en attaque. Mais surtout une équipe des Rockets ultra agressive qui se battait sur chaque ballon et aura réussi à renverser le match grâce à sa défense. De l’autre côté, l’efficacité aura été un peu meilleure en seconde période. Houston a quand même bien arrosé du parking pendant tout le match et finit avec un 19/56 à trois points. Quand on tente autant, ça finit forcément par rentrer. James Harden finit avec 21 points et 9 passes – dont le dagger pour tuer le Thunder – et aura à nouveau pu compter sur ses coéquipiers. Ils sont sept à terminer avec plus de dix points. 111-98, Rockets wins.

Toujours sans Westbrook, Houston confirme sa supériorité et la  possibilité de gagner avec le small ball. Dommage pour le Thunder qui avait vraiment les cartes en mains pour revenir dans cette série avant de lâcher le match d’une façon assez incompréhensible. Les choses se compliquent pour OKC.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.




Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"







More in Actualités