Connect with us

Actualités

Vince Carter évoque le moment où il a compris qu’il ne pouvait plus être une star en NBA

Source photo : AZ Central

Durant la carrière d’une superstar NBA, deux scénarios font souvent mal. Les blessures et le changement de rôle. La plupart n’y arrive pas mais un dénommé Vince Carter a réussi à s’y faire.

Le featuring Vince Carter x Orlando Magic ne marche (pas ?) plus en 2010. Utilisé comme un rôle player, il fait ses bagages, envoyé de force à Phoenix, une équipe de seconde zone depuis le départ d’Amare Stoudemire. Carter a réussi par la suite à trouver sa place, notamment quand il est parti à Dallas, en étant une 3ème/4ème option dans son équipe. Quand son coach lui a demandé de sortir du banc, c’était comme « tirer sur son égo », selon ses dires sur All The Smoke. Rien de plus normal à cette époque, quand tu te nommes Vince Carter. All-Star 8 fois, 10 saisons de suite à 20 points par match, habitué à être une star est forcément appréciable, sortir de sa zone confort l’est moins. Comment a t-il pu accepter ? Il s’explique devant Barnes et Jackson :

« Je devais me regarder dans le miroir. J’aime ce jeu non ? Je veux y jouer le plus longtemps possible non ? Je vais alors essayer de comprendre comment faire. J’ai alors regardé des vidéos de Vinnie Johnson [6ème homme à l’époque des Bad Boys]. J’ai regardé les meilleurs 6èmes de l’histoire pour voir comment ils se préparaient. Voir comment ils étaient prêts dès leur entrée. Voir comment Jason Terry était prêt en rentrant sur le terrain. Voir comment Manu Ginobili était prêt en rentrant sur le terrain. Je devais comprendre comment être une star dans mon nouveau rôle et être efficace. »

Néanmoins, Vince Carter ne comprend pas son trade. Orlando était l’une des meilleures équipes de la NBA, bien que moins en forme que la saison précédente. De plus, Vinsanity joue dans sa région natale, une sorte de double peine, qu’il aura dû mal à vivre pendant un temps. Il avait évoqué pendant la conférence de presse de Phoenix, que c’était un rêve de jouer pour Orlando, preuve qu’il y était vraiment attaché. 

Cela a pris une bonne année à Vince Carter, de s’adapter à son rôle. Passer d’un gars qui prend 20 shoots par match, à un gars qui doit en prendre 10 ou moins. En tant que star avec un gros quota de shoots, Vince pouvait se mettre en confiance, ce n’était plus le cas en tant que 6ème homme. Mais l’important pour lui et qu’il veut faire comprendre aux plus jeunes, c’était de finir les matchs, plutôt que de les commencer. Une fierté pour lui.

Vinsanity peut être fier de sa carrière, notamment à Dallas car quand Iverson, McGrady ont coulé, lui a su se réinventer pour rallonger sa carrière.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Actualités