Connect with us

Actualités

Trae Young en a marre des comparaisons avec Luka Doncic, saison 11 – épisode 77

Crédits photo : Scott Cunningham - Getty Images

Le principal évènement de la Draft NBA 2018, en plus bien sûr de la sélection de Aaron Holiday, c’est évidemment le trade entre Atlanta et Dallas qui a scellé la comparaison permanente de Trae Young et Luka Doncic de l’un par rapport à l’autre, et ce pour probablement le reste de leur carrière. Et si les deux joueurs s’entendent bien et s’apprécient, si Trae Young trouvait ça ennuyeux, pour ne pas dire chiant, il a depuis appris à faire avec.

Le choix d’Atlanta de donner Luka Doncic à Dallas en échange de Trae Young, ce qui deviendra Cam Reddish et un Dr. Pepper acheté dans un distributeur du Barclays Center est et restera aux yeux de pas mal de monde un sacré What if ? dans le milieu de la NBA. Si bien sûr Trae a confirmé les attentes en réalisant d’un point de vue statistique une saison aboutie (29,4 points, 4 rebonds et plus de 9 passes décisives de moyenne) à grands coups de 3 points du logo et de caviars pour ses coéquipiers, Luka Doncic réalise une campagne qui l’a longtemps placé dans la discussion du MVP (28,7 points, 9 prises et 9 assists pour le Slovène), et surtout emmène Dallas à l’heure où ces lignes sont écrites en Playoffs.

Et l’ex-Sooner est conscient de cette comparaison permanente. Même s’il trouve ça ennuyant au possible, il sait qu’il devra composer avec pendant le restant de ses jours dans la grande Ligue.

« C’est ennuyant, mais ça sera comme ça jusqu’à ce que nous prendrons tous les deux notre retraite. »

Et si les médias espéraient en faire une rivalité, c’est raté. Ne serait-ce que par leur style de jeu différent, mais également du fait de leur complicité, en atteste tout simplement le Rising Star cette année, quand Luka a planté un tir du milieu de terrain.

On accepte la sentence du côté de Trae Young, on fera avec. De toute façon ça ne l’empêchera pas d’avancer, et au vu de sa progression constante, cela ne fait que confirmer cette théorie. Et le son de cloche doit être pareil à Dallas. Et au pire, arrêtons de comparer, et profitons de ces deux gamins au talent irréel.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.




Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"







More in Actualités