Chris Paul a encore fait parler son talent, pas mal pour un gars qui approche les 37 ans : "Il est fait pour ces moments"
*
Connect with us

Actualités

Chris Paul a encore fait parler son talent, pas mal pour un gars qui approche les 37 ans : « Il est fait pour ces moments »

Chris Paul fait toujours partie de l’élite et on l’oublierait presque avec la saison folle de Devin Booker mais il fait toujours partie des meilleurs joueurs de la ligue. Pour commencer sa « vraie » saison, il a commencé fort face à des Pelicans tenaces !

Cette série est spéciale pour Chris Paul. Non seulement il joue face à un ancien coach (assistant) mais en plus, il s’agit aussi d’un ancien coéquipier… de la Nouvelle Orleans. La réalité est la suivante, il s’agit sans doute de son dernier essai avant de prendre sa retraite car aller en finale NBA tous les ans, relève de l’exploit mais il faut prendre en compte que la retraite n’est pas pour tout de suite, CP3 n’en a jamais parlé ouvertement. Et dire que le bonhomme à 37 ans dans 3 semaines et cette nuit, il est le joueur le plus vieux de l’histoire à avoir lâché une perf à au moins 30 points et 10 passes décisives dans un match de playoffs, Steve Nash l’avait fait à 36 ans en 2010. On retiendra son 4ème quart-temps fou, notamment en scorant 17 points en l’espace de 5 minutes. Après la rencontre, il avait des mots doux envers Willie Green :

« C’est comme s’il m’avait invité à shooter. Je connais Willie, c’est mon gars, ça fait partie du jeu. » Chris Paul

Les Pelicans ont su revenir à quelques possessions après avoir été menés de 23 points dans ce match 1. L’équipe n’a absolument rien à perdre, juste à profiter de l’événement, jouer sans pression et accumuler le plus d’expérience. S’il est présent dans la salle, on regrette que Zion Williamson ne puisse goûter à ce genre d’événement, surtout avec la polémique autour de sa blessure, puisqu’il y a un vrai désaccord pour le faire jouer, entre son camp et celui de la franchise. Chris Paul a dû montrer qui était le boss en fin de match. CP3 a profité que la défense adverse, passe sous les écrans, pour mieux sanctionner la défense :

« Ce mec est un vrai compétiteur et un vrai gagnant. Quand il le veut à ce point, vous pouvez le voir dans son comportement et le voir dans sa démarche, donc cela ne devrait surprendre personne. Il est fait pour ces moments. » Devin Booker

« C’est juste sa capacité à comprendre qu’il doit prendre le contrôle d’un match », a déclaré l’entraîneur des Suns, Monty Williams.

Autre grand du match mais toujours dans son style si discret, Mikal Bridges a mené la vie dure à CJ McCollum. La Nouvelle Orleans a shooté à 2/16 quand Miles Bridges était le défenseur attitré. Par exemple, il a maintenu l’ancien coéquipier de Damian Lillard à 16 shoots ratés et 0/9 à 3 points. L’arrière a tout de même mis 25 points !

La série ne fait que commencer mais on a déjà droit à un carton de la part d’un vétéran de la ligue. Les Pelicans ne pouvaient pas mieux apprendre comment apprendre à gagner un match. Rendez-vous demain pour le match 2.

La séquence vintage du jour : quand un Victor Wembanyama de 16 ans arrivait à mettre quelques shoots sur Rudy Gobert

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: L'expulsion polémique de Chris Paul sur une faute peu évidente...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités