... ...
... jamal murray Archives - The Daily Dunk - Actualité NBA quotidienne
Connect with us

Le 5 majeur de la Draft 2016 : bah qu’est ce que tu fous là Ben Simmons ?

Nouvelle chronique ! On réalise le cinq majeur parfait avec un sixième homme des dix dernières drafts. Bien évidemment, la draft 2018 ne compte pas car les jeunes n’ont toujours pas mis le moindre pied en NBA. Nous essayons de respecter les postes et d’être cohérent dans les choix. Au tour de la draft 2016 !

Meneur : Jamal Murray

Auteur d’une très bonne saison, Jamal Murray a confirmé ce qu’on pouvait attendre de lui. Le Canadien est un shooteur très solide qui peut prendre feu. Toutefois, le meneur est aussi capable de distribuer, de gérer le tempo. Deux années prometteuses, désormais, le Nugget doit continuer d’avoir faim.

Arrière : Jaylen Brown

Deux saisons, deux campagnes de playoffs, deux finales de conférences, deux expériences sublimes pour Jaylen Brown, surtout que cette année, il a eu un vrai rôle. Même s’il a totalement raté son Game 7, l’arrière des Celtics est talentueux, toujours prêt à tout casser. C’est déjà un joueur très très fort dans cette ligue.

Ailier : Brandon Ingram

Son évolution depuis deux ans est complètement dingue, et il est en train d’apprendre sous l’aile droite de LeBron James. Brandon Ingram va devenir un monstre, et ce n’est que le début. Playmaking incroyable, et pourtant très mal utilisé, le meilleur est à venir pour l’ailier formé à Duke. Attendons de voir la suite..dès octobre.

Ailier fort : Ben Simmons

Rookie de l’année, il n’y a plus rien à dire sur Ben Simmons. Dès sa première année, l’Australien s’installe comme un des futurs patrons de la ligue, qui rappelle d’ailleurs le King. Triple doubles à gogo, le gaucher est un pur phénomène, alors qu’il dispose d’une faiblesse majeure, c’est à dire que son shoot n’est pas encore développé…

Pivot : Thon Maker

Dans une équipe comme ça, il faut impérativement un défenseur, un rim protecteur, et Thon Maker est tout simplement le profil idéal. Très long, le pivot peut être aussi utile de l’autre côté du terrain. La dernière fois que les Bucks ont drafté un gars avec des longs bras, il s’appelait Giannis, donc imaginez ce que ce joueur peut devenir.

Sixième homme : Buddy Hield

Kris Dunn a rien prouvé en tant que remplaçant, Buddy Hield a un peu plus prouvé, c’est pour cela que notre choix s’est porté sur lui. Scoreur, l’arrière est dans son registre préféré, à savoir de pouvoir shooter, avoir carte blanche. Lorsqu’il est libéré, et sans pression, le joueur peut faire sacrement mal à l’équipe adverse.

Aucun pivot dominant, cependant, il y a trois extérieurs qui sont déjà très forts dans cette ligue, plus un meneur qui d’ores et déjà respecté. Sur le long terme, cette équipe est très intéressante.
Click to comment

Ils l’ont fait : 14 ans après, les Wolves retournent en playoffs après un match légendaire contre Denver !

C’est un moment d’histoire que nous avons vécu cette nuit, avec un retour en playoffs pour une franchise qui n’avait pas connu la « post-season » depuis 2004. C’est au terme d’un match d’anthologie qu’ils ont acquis leur qualification, au bout du suspense puisque les deux équipes sont allées en prolongations !

L’ambiance était électrique dans le Target Center, pour le dernier match de saison régulière, entre les Nuggets et les Timberwolves qui étaient à égalité. Un spot pour deux équipes, c’est le « win or go home » avant l’heure. Denver était sur une belle série de victoires, Minnesota connaissait une fin de saison compliquée. Momentum côté Denver, avantage de jouer à domicile pour Minnesota.

Le début de match part sur les chapeaux de roues avec des attaques en jambes, les deux équipes se répondant attaque après attaque. Karl-Anthony Towns commence à prendre confiance, montrant à Jokic qu’il va passer une mauvaise soirée. Jimmy Buckets commence aussi doucement mais sûrement, bien suivi par Wiggins. Denver n’abdique pas, et reste au contact après le premier quart. Minnesota mène 29-26 après les 12 premières minutes.

Le match s’emballe encore plus lors du second quart-temps, et on assiste à un duel Towns/Jokic de très bonne facture. Le premier nommé affichait 16 points & 5 rebonds en milieu de quart. Seul problème : les fautes. Gibson en ayant déjà 3 à ce moment du match, et Towns 2, l’enthousiasme est trop « débordant ». L’intensité est vraiment digne d’un Game 7 de playoffs, et on adore ça. Minnesota prend les commandes du match, et à la mi-temps, le score est de 62-54 en leur faveur.

Au retour des vestiaires, les Nuggets décident qu’il est temps de rappeler leurs adversaires à l’ordre. A coup de contre attaque et d’isolations pour Nikola Jokic, les Nuggets profitent des turnovers de leurs adversaires pour revenir au score, à un point derrière les hôtes. Les Wolves sont bousculés, mais résistent et le score reste à leur avantage à la fin du troisième quart-temps.

Le « crunch time » commence donc, et les esprits s’échauffent un peu. Jokic et Towns prennent leurs 4ème fautes, et les Nuggets essayent tant bien que mal de renverser la tendance, par l’intermédiaire notamment d’un Will Barton inspiré. Jamal Murray se réveille lui aussi, cependant Minnesota arrive à prendre une avance de 8 points à 5 minutes de la fin. Avance qui a fondu en 2 minutes et 30 secondes, et les deux équipes se retrouvent … à égalité ! La tension s’installe, et reste jusqu’à la fin du temps réglementaire. Les deux équipes se neutralisent, l’overtime pointe le bout de son nez. Les dernières possessions sont bien gérées défensivement des deux côtés, et c’est parti pour une prolongation !

Jimmy Butler est le premier à débloquer le score avec un jumper contesté. Will Barton répondit, avec un tir primé, qui fait donc passer son équipe devant au score. Ce fut de courte durée, avec 2 lancers francs de Butler, encore lui. Paul Millsap redonna l’avantage 106-105, et ce fut le dernier panier des Nuggets des prolongations, et donc du match, et donc de la saison. Après cela, Jeff Teague marqua à mi-distance, Butler ne marqua qu’un seul lancer-franc, ce qui donna de l’espoir aux Nuggets pour le coup, avant que Jamal Murray rate un tir primé salvateur. Wiggins se chargea de mettre deux lancers cruciaux pour passer à +4. Jimmy Butler est ensuite renvoyé sur la ligne, des « MVP! MVP! MVP! » sont scandés dans le public. Minnesota-ira-en-playoffs !

La box-score du match :

Le résumé complet :

Encore une belle soirée délivrée par la NBA, au scénario rocambolesque, avec des Wolves qui retrouvent enfin les playoffs. Gros match du duo Towns/Butler, et défensivement le collectif a su contenir la meilleure attaque sur les derniers matchs de la saison.
Click to comment

Les Wolves ne veulent vraiment pas aller en playoffs : défaite cruciale à Denver dans le money-time !

Jamal Murray a claqué 22 points dans une équipe toujours aussi collective de Denver : 6 joueurs à 10 points ou plus. Une rencontre qui s’est jouée dans les dernières minutes et dans ce cas là, Minnesota perd souvent !

Et voilà les deux équipes à égalité dans ce rush improbable de Denver pour les playoffs. Après avoir perdu il y a quelques temps contre Memphis, on les pensait hors course et finalement, ces Nuggets ont de la ressource. Une victoire collective comme on aime car si Jokic est solide comme d’habitude, c’est bien Devin Harris qui a sorti un match façon 2008, année où il avait été All-Star (2008-2009 NDLR). Les hommes de Thibodeau peuvent vraiment s’en vouloir avec une deuxième mi-temps franchement mal gérée. Puis il faut dire que les blessés n’ont pas franchement aidé entre Tows et Teague qui se seront pris des sales coups.

Malgré 26 points de Towns, Minnesota aura fait beaucoup trop d’erreurs dans le money-time. Rien que dans les 2 dernières minutes, ils encaisseront 6 lancers. Que dire de l’action à 6.6 secondes de la fin, où Jokic arrive à se battre pour la « balle de match » qui a scellé la victoire de Denver. C’est terrible pour Minnesota, d’autant que Jimmy Butler était annoncé « in » dans ce match mais qui n’a pas pu participer à ce match. En plus de banales erreurs, leur fin de 3ème quart-temps aura été fatale. Un 11-0 des familles encaissé avec Harris qui a pris feu dans un momentum important en plantant 9 points !

Un match qui fait mal dans les têtes des Wolves car même si les victoires comptent, ils ont en besoin d’une morale. Le retour de Jimmy Butler est attendu car on risque bien de voir Minnesota hors des playoffs !
Click to comment

Jamal Murray maintient les Nuggets en vie : « J’avais hâte d’être sur la ligne et de les rentrer »

Il faut parler de Jamal Murray ! Si l’on oublie Joel Embiid, le Canadien est sans doute le meilleur sophomore de la saison. Et hier soir, le gamin a sauvé les Nuggets et permet à son équipe d’y croire encore.

Les Nuggets étaient mal embarqués hier soir ! Menés de plus de 10 points dans le quatrième (et de 20 dans le troisième), Denver aurait pu définitivement dire adieu aux playoffs. Néanmoins, Nikola Jokic (35 points) et Jamal Murray (27 points et 7 passes) sont passés par là. Et ce dernier a été terriblement clutch.

Hier soir, le meneur de Denver était le sauveur des Nuggets. Alors que les Bucks ont l’occasion de plier le match sur la ligne, Jamal Murray surgit sur la passe et intercepte. Ensuite, le Canadien se lève à trois points et obtient la faute. Il a donc trois lancers pour emmener le match en prolongation. Bingo, 3/3. La pression ? Connait pas.

Aucune pression. C’est mon shoot préféré. Je parle de méditation, de calme et tout ça. J’avais hâte d’être sur la ligne et de les rentrer. Il faut jouer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que des zéros sur l’horloge. Il y a toujours une chance, et si vous voulez être une équipe qui joue le titre, il faut jouer jusqu’à la fin. Il faut provoquer la situation, ne pas se dire que c’est fini. On peut battre n’importe qui. Il faut juste qu’on ne s’écroule pas quand on prend un coup. Aujourd’hui on a réussi à faire basculer les choses tant qu’on en avait encore le temps, sinon on savait que le match était fini. On a gardé notre sang-froid, on a exécuté et réussi de grosses actions en fin de match.

Désormais, pour les Nuggets, tous les matchs sont des finales. Cela fait deux fois qu’ils passent près de la correctionnelle. Paul Millsap a déjà sauvé Denver contre OKC, hier soir, c’était le duo Jamal Murray – Nikola Jokic. Ce matin, la franchise du Colorado est toujours neuvième derrière les Pelicans.

5 matchs. Les hommes de Mike Malone ont 5 matchs pour accrocher ce dernier spot. Plus de back to back, mais 5 matchs compliqués. Un réception d’Indiana, puis celle de Minnesota (retour de Jimmy Butler ?). Ensuite, un déplacement à Los Angeles (Clippers) pour un match capital avant de revenir à la maison afin de défier Portland (Damian Lillard au repos ?). Enfin, le dernier match est un déplacement à Minnesota.

Cette fin de saison est passionnante ! De nombreux scénarios sont encore possibles, dont celui de la qualification de Denver qui s’accroche en s’appuyant sur sa jeunesse.

 

Click to comment

Top 5 NBA : Jamal Murray découpe JJ Redick et son gel !

Il n’y a eu que 5 matchs mais du très lourd une nouvelle fois ! On commence par Joel Embiid, qui finit naturellement 1er du top 5 avec un assassinat sur le pauvre Paul Millsap. Il en va de même pour Jamal Murray, qui démonte JJ Redick. A noter le très beau dunk d’Andre Drummond et que dire du très beau shoot à 3 points de Kemba Walker, pour l’égalisation! 

Click to comment

Le début d’une rivalité : le trashtalk de Randle et Jokic et le troll d’Isaiah Thomas envers Jamal Murray !

Il y a eu victoire des Lakers et un bon troll d’Isaiah Thomas comme une sorte de message envers Jamal Murray mais pas que, toute l’équipe de Denver.

Certains n’y verront que du feu et pourtant, il se passe vraiment quelque chose entre Los Angeles et Denver. Tous les matchs ou presque, il y a une embrouille. Tout a commencé avec Jamal Murray, qui aura lui aussi trollé sévèrement Lonzo Ball. Ce même joueur étant sacré farceur, il aurait dit quelques mots doux à Luke Walton et son banc. Enfin hier, Murray et Randle se sont échangés quelques regards et une bagarre a failli éclater entre Jokic et Randle. Comment tout ça s’est terminé ? Demandez donc à Isaiah Thomas qui balance la balle à Jamal Murray pour bien lui faire comprendre qu’il est à Los Angeles ici.

Est-ce le début d’une rivalité ? Sans doute, avec deux équipes relativement jeunes qui devraient faire les playoffs dans les années à venir. On a déjà hâte du prochain affrontement !

Click to comment

Lonzo Ball n’en peut plus de Jamal Murray : « C’est minable » !

Nouvelle guerre entre les Nuggets et les Lakers et plus particulièrement Jamal Murray. C’est la 2ème fois que le joueur de Denver s’attire les foudres de Los Angeles.

Un peu plus tôt dans la saison, Jamal Murray avait manqué de respect aux Lakers et plus particulièrement Lonzo Ball. Le meneur de Denver s’est amusé à chambrer le Laker, ce qui avait rendu fou Julius Randle notamment, contrairement au fils de Lavar, un joueur au calme implacable. Cependant, cela n’a pas empêché Lonzo Ball de lui dire deux mots en conférence de presse :

« Nous nous en souvenons. C’est minable. Mais comme je l’ai dit, nous n’allons pas rentrer dans ce jeu. Murray continuera de faire ce qu’il fait. Il va continuer de faire son cirque. Je ne rentre pas dans ce jeu. »

Cette fois-ci, c’est encore pire puisqu’il se serait embrouillé avec Luke Walton. Avec les caméras, nous n’avons pas pu voir, d’autant que le joueur se défend d’avoir fait quelque chose envers le coach. Il aime jouer avec ce feu en lui, à la manière d’un Draymond Green. Très bavard sur le terrain, il en a peut être fait un peu trop, ce qui n’a pas plu à coach Luke Walton :

« J’ai le sentiment que pour la seconde fois où nous jouons ici, Murray a manqué un peu de respect en fin de rencontre. C’était juste du trash talking envers nos gars. » 

Les choses sont allées tellement loin que le coach des Lakers ira parler à Mike Malone à la fin de la rencontre. C’est peut être un début de rivalité entre Ball et Murray. Jouant dans la même conférence, étant deux purs espoirs de la grande ligue et ayant déjà 2 incidents en commun, on le saura très vite puisqu’ils s’affrontent encore une fois la semaine prochaine !

Les Lakers joueront avec ce feu au prochain match et vu la forme de Lonzo Ball, on ne serait pas étonné qu’il prenne le match à son compte. Un rendez-vous à ne pas manquer ! 
Click to comment

Paul Millsap de retour à l’entraînement : les Nuggets ont fait le plus dur !

Après de longues semaines d’absence, Paul Millsap est sur le chemin du retour et va grandement aider les Nuggets dans la course aux playoffs qui s’annonce palpitante.

Absent depuis un (trop) long moment, Paul Millsap va effectuer son retour très prochainement. En effet, s’il n’y a toujours pas de date précise, l’All-Star a participé à son premier entraînement avec contact depuis sa blessure. Il était absent depuis le 19 novembre à cause d’une opération au poignet gauche.

Il profite du Break du All-Star pour se remettre en jambes tout doucement. Avec son expérience, Paul Millsap sait qu’il ne faut pas revenir trop vite pour plusieurs raisons : il n’a pas beaucoup de minutes dans ses pattes et cela ne sert à rien de perturber l’équipe qui fonctionne très bien sans lui. Toutefois, les parquets manquent à Paulo.

Je me sens très bien. Nous verrons comment ça ira demain matin ou après l’entraînement de jeudi, et nous verrons à partir de là. Mon intention était de revenir juste après le All-Star break, mais il faut gérer ça intelligemment. C’était mon premier entraînement avec contact aujourd’hui, et il faut que je sois intelligent avec mon poignet et mon corps.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Nuggets ont plus que géré sans lui. Ils occupent la sixième place de la conférence Ouest et les petits jeunes (Nikola Jokic, Gary Harris et Jamal Murray notamment) ont assuré. Néanmoins, rien n’est joué puisque c’est très serré entre le cinquième et le dixième.

Signé l’été dernier pour 90 millions de dollars sur trois ans, l’ancien joueur des Hawks ajoute son expérience à la jeune équipe des Nuggets qui ressemble à celle d’Atlanta dans le collectif. Depuis le début de la saison, il tournait à 15.3 points, 6.2 rebonds et 3.1 passes par match. Un all-star de retour, ça fait plaisir !

Si Paul Millsap va bientôt faire son retour, Denver peut aussi enregistrer le retour de Mason Plumlee qui était touché au mollet. Denver est au complet, le collectif aussi, et les hommes de Mike Malone peuvent repartir de l’avant.
Click to comment

Les Knicks recrutent encore un meneur : Emmanuel Mudiay débarque à New York dans un deal à trois équipes !

Les Knicks restent les Knicks : Ils viennent de perdre Kristaps Porzingis, ils ont donc échangé Willy Hernangomez. Désormais, ils viennent de faire venir Emmanuel Mudiay via un trade.

Les Knicks ont tout de même réalisé un trade ce soir. En effet, ils viennent de recruter Emmanuel Mudiay en provenance des Nuggets. Denver reçoit  Devin Harris et un second tour 2018 des Knicks. Enfin, les Mavericks s’occupent de prendre Doug McDermott et un second tour des Nuggets.

Tout d’abord, commençons par New York, puisqu’on ne comprend pas trop. Trey Burke, Jarrett Jack, Frank Ntilikina et Emmanuel Mudiay. Oui, vous savez compter, cela fait quatre meneurs. Ce n’est réellement pas un bon signe pour notre français. Déjà qu’il était devenu rare qu’il joue plus de dix minutes…

Du côté des Nuggets, on se renforce pour les playoffs. Si Jamal Murray et Gary Harris font un boulot monumental, Devin Harris reste une bonne affaire pour Denver dans la second unit. Joueur intelligent, capable de shooter à trois points, il correspond parfaitement au collectif des hommes de Mike Malone.

Enfin terminons par Dallas. Ce n’est clairement pas une bonne signature dans la course au premier choix de la draft. Sans doute qu’il remplace numériquement et dans le jeu Seth Curry (out pour la saison) puisque Doug McDermott est un pur shooteur bien qu’il ait moins le ballon en main que le frère de Steph.

Un nouveau deal à trois équipes avec les Knicks qui sont dans le coup. Malheureusement pour Frank Ntilikina, ils recrutent un énième meneur et se sont séparés de Doug McDermott.
Click to comment

Detroit à la trappe face à Denver qui squatte le top 5 à l’ouest : collectif, exemplarité, beaucoup d’équipes devraient prendre exemple

En voilà un joli parcours de la part des Nuggets. Sans faire de bruit, les voilà dans le top 5 à l’ouest et pourrait même aller choper la 4ème place.

Victoire très importante face à Detroit, une équipe bien en crise. Comme nous vous l’expliquons hier, l’équipe de Stan Van Gundy ne répond plus du tout. Dès le premier quart-temps, Detroit n’arrive pas à attaquer et l’équipe qui était si collective au début de saison, n’arrive plus à frôler la réussite. C’est tout le contraire de Denver qui fait une super saison, contrairement à d’autres équipes. Minnesota et OKC crèvent l’écran, à cause de leurs stars sans oublier leur contenu et leurs erreurs. Denver n’a pas de grands noms et ça ne les dérange pas. Mike Malone et son squad avancent à leur rythme et dans l’indifférence la plus totale. Le résultat au final ? Une magnifique 5ème place de la conférence ouest et se retrouve même à 0.5 match des Wolves justement, actuels 4ème !

Il faut savoir que la saison n’est pas si facile, même si les chiffres disent le contraire. Il faut faire sans Nikola Jokic sans oublier Paul Millsap, déjà out. Les jeunes prennent le pouvoir, comme l’a fait Jamal Murray cette nuit. Il plante 28 points, dont un tomar absolument dingue ! Faried contre Orlando, lui aujourd’hui, c’est comme ça que marche Denver. Non pas par le fait que c’est un joueur différent chaque jour mais par le fait que l’équipe joue ensemble, l’un pour l’autre et que ça donne une attaque de feu et incontrôlable ! C’est comme ça que fonctionnait Detroit il n’y a pas si longtemps, néanmoins leur confiance semble en avoir pris un coup et c’est vraiment dommage…

Denver pourra se tester lors de son prochain match face à… Boston ! Il sera intéressant de voir ce que ça donne même si Horford ne devrait pas être là, contrairement à Kyrie Irving qui fera probablement son retour !

Click to comment