*
Connect with us

Actualités

RJ Barrett : des débuts décevants, mais pas de quoi s’inquiéter pour la star de New-York

northjersey.com

Alors que tous les feux des projecteurs étaient braqués sur les deux rookies, Zion Williamson et RJ Barrett pour leurs débuts en Summer League, ces derniers ont pu, à peine l’échauffement commencé, ressentir les attentes qui pesaient sur leurs épaules avec la foule en liesse dès qu’ils avaient le ballon entre les mains. Malheureusement, les expectatives placées dans ce match n’ont pas été satisfaites, avec notamment la blessure de Zion en seconde période et la triste copie du match rendue par RJ.

10pts, 5 rebonds et 1 passe pour 4/18 au tir, 1/8 à trois points et 1/4 aux lancers? Le moins que l’on puisse dire, c’est que le numéro 3 de draft 2019 aura connu des débuts compliqués pour son entrée en Summer League, avec une adresse et un poids sur le match qu’il ne sera jamais réellement parvenu à trouver. Clairement dans l’ombre de Zion qui faisait lever la foule à chacune de ses actions avant de se blesser, le jeune Canadien n’a lui pas trouvé ses repères au sein de sa nouvelle équipe et sa longue période sans jouer de matchs (3 mois) n’aide pas. En revanche, crier au bust au bout d’un match serait bien trop précipité et tirer des conclusions hâtives sur son niveau et l’impact qu’il aura en NBA également. C’est la Summer League, son premier match avec de nouveaux coéquipiers, un nouveau public, un nouveau maillot (et pas le moins mythique), face à son meilleur pote dont la hype est folle, affrontement qui a particulièrement fait couler de l’encre. Avec toutes ces conditions réunies, additionnées au fait qu’il n’ait pas joué depuis plusieurs mois et qu’il n’a que 19 ans, son match raté est d’avantage compréhensible et émettre des jugements quant à sa performance serait certainement poussé. Bon nombre de joueurs ont raté leur premier match de Summer League avant de se montrer étincelant par la suite.

Au delà de ses mauvais pourcentages au shoot, l’ancien de Duke a montré une détermination sans faille, un culot prononcé, une confiance en lui à toute épreuve : quand on shoote 18 fois alors qu’on est pas dans un bon soir, c’est qu’on a pas froid aux yeux. Ainsi, il n’a cessé de montrer de l’aggressivité et de l’envie de scorer, bien que le résultat escompté ne soit pas celui obtenu. RJ explique sa maladresse au micro du New York Post :

« J’ai travaillé dur tout l’été, afin d’être en bonne forme pour la saison prochaine. Mais il n’y a rien que vous puissiez faire pour simuler un match comme celui ci. Et, bien sûr, je n’ai pas joué un match en trois mois. Les shoots ne rentraient simplement pas. Mais dites moi un joueur qui réussit tous ses matchs? J’ai aimé mes shoots, mais c’était mon premier match ici. Nous allons comprendre comment améliorer cela ».

Lorsque des journalistes lui demandent si la pression était trop forte vis a vis de Zion, de son premier match, de la tunique de New York, de LeBron James, Anthony Davis et Floyd Mayweather qui étaient présents au match… RJ calme les interrogations et nous montre de quel bois il se chauffe face à la couverture médiatique à laquelle il fait face (et qui sera encore plus forte à New York) :

« Non, j’en avais clairement rien à faire. Vous savez, j’étais dans l’équipe de Zion Williamson l’année dernière, nous avions cela à tous les matchs. Ca ne m’a absolument pas déconcerté« 

Pas inquiété et sûr de ses forces, l’arrière annonce clairement la couleur avec son match dans lequel il a montré une propention à l’individualisme, à travers quelques plays où la passe semblait être plus lucide qu’un tir parfois forcé. Mais au moins, tout le monde est au diapason : New York, c’est RJ Barrett, ce gamin à mentalité de winner, qui n’a peur de rien, prêt à lâcher des 4/18 au shoot tout en ayant aucune appréhension si le 19ème se présentait. Son coach de Summer League Jud Buechler a témoigné de sa confiance envers son joyau après le match : « Il a eu des hauts et des bas durant le match, et c’est ce à quoi on s’attend avec un rookie. On a vu beaucoup de chose qu’on a aimé, et on va continuer de l’encourager à shooter. Nous ne sommes pas inquiets à propos de sa maladresse ce soir « 

Au final, les fans de New York peuvent relativiser : RJ n’avait pas joué depuis la rencontre entre Duke et Michigan State, durant le final four, le 31 mars dernier, et bien qu’il ait montré quelques galères au shoot pour son premier match, on a également pu apprécier le culot et la détermination du bonhomme. Nul doute qu’il règlera la mire sur les prochains matchs : rendez vous cette nuit face aux Suns afin de voir la réaction du phénomène.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités