Connect with us

Actualités

Olivier Sarr se fait virer du Thunder malgré ses clinquantes performances : la NBA est parfois injuste et rappelle qu’elle reste un business

C’est triste à dire mais ainsi va la vie. Bien jouer au basket et être productif ne garantit pas de rester au sein d’une franchise NBA. Olivier Sarr en a fait l’amère expérience. A cause du manque de vision du Thunder, le joueur s’est fait couper et ne finira pas la saison à Oklahoma City, alors qu’il réalisait un exercice magnifique.

OKC a signé Melvin Frazier jr en two way contract et pour se faire, ils ont dû couper un joueur. Le malheur est tombé sur Olivier Sarr, qui a donc été viré de la franchise. Cela faisait partie du plan de Tank du Thunder. Le coach l’a expliqué ainsi. Cela a toujours été prévu de faire tourner la franchise avec beaucoup de joueurs de G-League. Mais soyons honnêtes, la vraie explication réside en une chose : Olivier Sarr faisait trop gagner l’équipe. S’il ne tourne qu’à 7 points par match depuis qu’il a été signé (22 matchs), le français a été énorme ces derniers temps avec deux victoires notables. Depuis 5 matchs, Sarr n’était pas passé sous la barre des 10 points et pointait à 15 points de moyenne en ce mois d’avril. Finisseur hors pair et bon shooteur à 3 points, peu de joueurs peuvent se targuer de réaliser une saison à 57% au shoot et 44% à 3 points. A 23 ans, il faut espérer que son court passage a été suffisant, pour avoir tapé dans l’œil de plusieurs franchises. S’il a été coupé trop tard pour finir dans un roster en playoffs, les bruits courent sur une éventuelle signature. En effet, pas mal de joueurs, vétérans compris, sont coupés à travers le pays. Il reste encore deux matchs en moyenne pour les équipes, Olivier Sarr pourrait ainsi se faire recruter, en vue de la saison prochaine, les Lakers pourraient être un choix, notamment après avoir coupé Trevor Ariza.

Voilà ce que ça fait d’être trop bon. Olivier Sarr ne doit pas perdre espoir, il a le niveau NBA. Avoir réalisé des chiffres pareils, même dans un roster de G-League, ça compte. Un paquet de joueurs n’y arrivent pas et ce sera à lui de bosser deux fois plus pour prouver sa valeur.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Le conseil de Nicolas Batum aux jeunes : "C'est très facile d'aller en NBA, y jouer c'est dur, moi j'étais à deux doigts de dégager"

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités