*
Connect with us

Actualités

Minnesota enchaîne une quatrième victoire de suite : les victoires reviennent mais attention à ne pas perdre son pick

Source Image : USA TODAY Sports

Minnesota s’est encore imposé hier soir, cette fois-ci face aux Warriors (116-106). L’équipe de Karl-Anthony Towns commence à gagner des matchs et ce n’est pas pour nous déplaire au niveau du jeu. Après pour le front-office, les victoires ne sont peut-être pas la meilleure chose en ce moment.

Les Minnesota Timberwolves font une saison médiocre. C’est le moins que l’on puisse dire. Avant-dernier de la conférence, pour un bilan de 20 victoires pour 44 défaites, on peut dire qu’on espérait mieux pour la franchise du Minnesota. Malgré cela, les hommes de Chris Finch commence enfin à enchainer les victoires. 6 sur les 8 derniers matchs, et 4 de suite. La roue tourne enfin pour cette équipe habituée à côtoyer les bas-fonds de la NBA. Il faut dire que quand l’effectif est complet, gagner devient plus facile. Car en ce moment, on voit enfin le trio Karl-Anthony Towns, D’Angelo Russell et Anthony Edwards en action, et on peut dire qu’offensivement ça devient tendu de défendre les louveteaux.

Karl-Anthony Towns est un pivot jamais considéré à sa juste valeur. Souvent mis de côté lorsque l’on aborde les meilleurs intérieurs de la ligue, il ne faudrait tout de même pas oublier qu’on a affaire à un joueur à 24,8 points, 10,8 rebonds et 4,6 passes par match, avec un shoot à 3 points extraordinaire pour un intérieur. D’Angelo Russell, lui, est un joueur à 19 points 5 passes à plus de 40 % à 3 points, ce qui en fait automatiquement un joueur offensivement plus que capable. Et en plus il est clutch. Le point faible cette saison de D-Lo est son incapacité à enchainer les matchs. Souvent blessé, toujours en quête de récupération d’un physique exploitable sur 48 minutes. Et pour finir sur le « big three » des Wolves, Anthony Edwards. Le potentiel rookie de l’année est en train de se révéler comme un véritable génie du basket. 18 points et presque 5 rebonds pour sa première année en carrière, ces stats sont plus qu’encourageantes. Un profil de scoreur presque unidimensionnel pour l’arrière, mais une vraie qualité et capacité de marquer dans n’importe quelle position. Une efficacité pas encore de tous les instants mais les Wolves peuvent déjà se satisfaire de leur premier choix, qui n’est certainement pas un bust.

Mais alors que manque-t-il à cet effectif pour devenir plus régulier ? Déjà jouer ensemble plus qu’une fois tous les 6 mois, ça pourrait aider. Et puis la défense. C’est le gros point noir de l’effectif des Timberwolves. Car des 3 joueurs du big three, s’il y a bien un point qu’on ne veux pas évoquer, c’est leur incapacité à faire un stop. Karl-Anthony Towns n’est pas un forcené de la défense, D’Angelo Russell a de vraies limites physiques et Anthony Edwards a des soucis de concentration évidents en défense, que son incroyable physique ne peut pas rattraper. Le manque de vétérans est également un questionnement pour l’escouade de Chris Finch. Car mis à part Ricky Rubio, qui est censé mené ces jeunes loups vers les playoffs ? Ed Davis ? C’est trop juste pour former une équipe de jeunes talentueux mais tendre face aux affrontements quasi quotidien ayant lieu en NBA.

On espère que les Wolves pourront continuer sur cette belle série pour la fin de la saison, même si ça leur fait perdre leur pick pour la draft 2021 (car si les Wolves sont en dehors du top 3 de la lottery le pick ira aux Warriors). Le big three doit continuer à jouer et à gagner ensemble, pour que les Wolves retrouvent enfin les playoffs.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités