Michael Carter-Williams n'aura pas souvent le ballon en mains à Houston, ça promet une belle saison...
*
Connect with us

Actualités

Michael Carter-Williams n’aura pas souvent le ballon en mains à Houston, ça promet une belle saison…

Source photo : Clutchpoints
Quand on obtient le titre de rookie de l’année, on fait souvent une jolie petite carrière derrière. Mais parfois on s’appelle Michael Carter-Williams…

Sélectionné en 11ème position lors de la draft 2013 par les 76ers, Michael Carter-Williams avait fait forte impression pour ses débuts en NBA : 22 points, 12 passes, 7 rebonds et 9 interceptions (record d’interceptions pour un 1er match) ! A l’issue d’un bon premier exercice, il avait donc remporté le titre de rookie de l’année et les fans avaient beaucoup d’espoirs pour la suite de sa carrière. Au point que Magic Johnson le surnomme « le nouveau Jason Kidd ». Aie…

Après plusieurs saisons de galère aux Bulls et Hornets, le voilà qui débarque au Texas, chez les derniers finalistes de conférence Ouest. S’il pourra aider l’équipe en défense grace à sa taille, il ne faudra pas trop s’attendre à le voir dicter le jeu des Rockets. Comme l’an dernier, Mike D’Antoni compte bien avoir toujours James Harden ou Chris Paul sur le terrain.

 » Il y aura toujours James ou Chris sur le terrain. On va continuer à alterner entre les deux donc MCW ne portera pas plus le ballon que lors des scrimmages. C’est simplement la façon dont l’équipe est construite. Mais si on a besoin de lui, si l’un des deux vient à se blesser, il sera là comme backup. Il peut aussi jouer sans ballon, il est au bon endroit. James et Chris aiment jouer ensemble car ils n’ont pas fini d’apprendre à jouer ensemble.  » Mike D’Antoni via chron.com

Faire passer le duo James Harden-Chris Paul avant Michael Carter-Williams, c’est logique, une évidence même. En revanche, si les Rockets recrute un joueur qui ne soit pas un playmaker mais plutôt un joueur habile sans le ballon dans les mains, ont-il ciblé le bon joueur ? Sans vouloir s’acharner sur MCW, il est loin, très loin d’être une gâchette à distance (23% d’adresse la saison dernière). Au moins, Mike D’Antoni semble sans détours avec son nouveau meneur, qui se fait une joie de son côté de côtoyer deux All-Star au quotidien.

 » Oh, c’est super ! J’apprends chaque jour au contact de ces gars, deux vétérans, deux supers joueurs. J’ai déjà beaucoup assimilé… Je dois me battre sur chaque possession pour égaler leur intensité, je dois essayer de rendre l’équipe encore plus forte.  » Michael Carter-Williams

Espérons que son enthousiasme se répercute sur son niveau de jeu, car beaucoup d’observateurs estiment qu’il ne pourra plus impacter une équipe comme lors de ses débuts aux Sixers. Au moins il a la chance de débuter cette saison en bonne santé, de quoi le mettre de suite à disposition de sa nouvelle franchise.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités