*
Connect with us

Actualités

Mamba Monday : Kobe Bryant enchaînait parfois des nuits blanches entre son rôle de père et de légende des Lakers

Source photo : NBA - conférence de presse game 7 des finales 2010

Une semaine que Kobe Bryant nous a quitté. Certains arrivent à s’y faire, d’autres non. Peu importe votre camp, de belles anecdotes sur Kobe font toujours du bien. Se rappeler des bons moments, de l’homme, du basketteur, apprendre quelque chose sur la légende, voilà une belle façon de lui rendre hommage nous nous sommes dit. L’héritage du basketteur est entre de bonnes mains mais celui de l’homme l’est tout autant. Bryant voulait toucher le plus de personnes, notamment ceux qui ont le plus besoin d’être inspirées, pour les aider à progresser dans la vie. Ainsi, on se donne rendez-vous tous les lundis pour se rappeler au bon souvenir du Mamba !

De la bonne humeur, de la force, c’est ce qu’il faut pour commencer la semaine. Outre son palmarès, Kobe Bryant était connu pour deux choses, son côté travailleur acharné et l’autre était d’atteindre ses objectifs, peu importe ce qui se trouvait sur son chemin. Que ce soit un adversaire ou une blessure, il ne reculait devant rien ni personne. Depuis ses 17 ans, il était connu pour ça. On parle d’un bonhomme qui a gagné un titre NBA avec un doigt pété. Aujourd’hui on ne va pas vraiment s’occuper d’un fait mais plutôt d’une perception qu’il avait. Il s’agit de comprendre que peu importe son rôle de père ou de leader des Lakers, il se donnait à 100% et il explique comment il a réussi à trouver cette force nécessaire. Si le « flu game » de Michael Jordan était connu, les rencontres où Kobe Bryant était malade ne l’était pas, car il ne l’indiquait pas. Il a parfois joué des matchs en ayant la grippe et d’autres fois en étant sur le terrain à 39 degrés. Il répondra à une question intéressante où il lui a été demandé de raconter une anecdote sur son sommeil. Les deux protagonistes parlent de ce sujet et son interlocuteur lui a demandé en rigolant si Kobe jouait parfois sans sommeil. Bryant répond et il y a aucune blague, il jouait parfois sans dormir :

Sans dormir. Tu sais, Natalia (la plus grande de Kobe) avait une certaine situation au niveau de sa santé. Et tu devais rester éveillé toute la nuit. Et tu devais aller jouer et performer le jour suivant. Parce que les fans ne savent pas. Tes coéquipiers ne savent pas. Ils ne s’en souciaient pas et ils ne devraient pas – que tu étais debout toute la nuit – Tu dois performer. Et donc tu dois juste aller bosser. Il y a beaucoup de personnes qui dépensent leur argent durement gagné pour te voir performer (il répète le mot plusieurs fois). C’est ton job d’être en forme. C’est ton job d’être assez fort pour performer à haut niveau chaque soir. Et en tant que compétiteur, je suis pas un pu*tain de canard. Je ne vais pas faire « oh mon dieu », mon dos me fait mal. »

Il enchaînera par la suite sur une anecdote d’une blessure avant un match contre Vince Carter, mais qu’on gardera pour plus tard. Kobe Bryant tenait beaucoup à son rôle de papa. Il ne pouvait pas souvent être à la maison lors de la saison régulière et lors des playoffs mais quand il était à la maison, il n’hésitait pas se sacrifier. Les blessures, la fatigue, peu importait surtout à un moment où la santé de Natalia n’était pas à son summum. Aujourd’hui, tout va bien pour elle, encore au lycée, Natalia joue au volley-ball et les facs lui font les yeux doux pour jouer à un niveau national. Bryant raconte ainsi que quand Natalia et Gigi étaient assez énergiques étant bébés, il fallait en avoir dans le ventre. C’était à une époque ou Kobe était dans son prime, ce qui inclue de jouer avec des plots comme Parker et Brown, donc plus d’efforts à fournir, tout en étant dans une période où il dépassait les 40 minutes (41 par match lors de sa meilleure saison all-time en 2006), soit son plus grand temps de jeu. Sans parler qu’il se levait à 4 heures du matin, qu’il venait 3 heures avant les entraînements, les matchs et que le soir, il refusait de montrer sa fatigue en tant que père. Il explique, toujours dans cette interview, que Natalia avait une grande débauche d’énergie et qu’elle voulait toujours nager, se promener au parc avec son père, sauter sur son dos, faire tous ces trucs de gosses. Kobe lâche une phrase où tous les bons parents se reconnaîtront : « Tu ne peux pas lui dire que t’es trop fatigué et dire, je vais aller me coucher. Ce n’est pas juste. Elle ne sait pas ce qui se passe ».

Concernant le joueur, on n’est pas vraiment étonné du monstre de compétition qu’il était, l’histoire est connue de tous. Ce qui étonne en revanche, c’est qu’il parle beaucoup de fans dans cette interview. Il pense à ceux qui dépensent énormément d’argent et il veut leur rendre la pareille en allant performer. Plus encore, il parle des plus jeunes. Comme il le dit, il y a peut être le futur Kobe Bryant dans le public, ainsi qu’il soit mort de fatigue ou pas, il a toujours voulu tout donner pour montrer l’exemple, tout en essayant de les inspirer, peu importe son état de fatigue.  Kobe disait souvent que la grandeur d’un homme, notamment la sienne, n’était pas liée à son palmarès mais comment il peut inspirer les autres, qui à son tour inspirera une nouvelle personne. Là aussi il a une belle déclaration sur le fait d’oublier la douleur en plein match : « Quand le match est plus important que la blessure elle même. Tu ne sens pas cette p*tain de blessure. »

Une interview qui montre que le joueur de basket Black Mamba, n’est pas si différent que le papa Kobe Bryant. Dans les deux rôles qu’il tenait, la légende des Lakers se donnait à fond. Peu importe la fatigue, les blessures, personne ne pouvait l’arrêter pour que le boulot soit fait et c’est ce qu’on retiendra le plus, à n’en pas douter. Le premier souvenir d’une très longue liste et si pour nous écrire sur Kobe sert de thérapie, pour vous il permettra de comprendre à quel point la terre a un perdu un sacré personnage.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités