*
Connect with us

Actualités

La série s’arrête à 9 victoires : pas de regrets pour les Knicks mais de l’apprentissage face au duo Devin Booker et Chris Paul

Les Knicks avaient l’occasion d’engranger une 10ème victoire de rang. Malheureusement pour les hommes de Tom Thibodeau, tout ne s’est pas passé exactement comme prévu, un certain Devin Booker en avait décidé autrement.

Le Madison Square Garden rugissait dans cette magnifique affiche entre le 2ème de l’Ouest et le 4ème de l’Est. Et le public a tout de suite été comblé avec l’entame parfaite des Knicks, qui assène un 15-5 d’entrée à des Suns pas encore réveillés, tout ça en étant emmené par un Reggie Bullock de gala. Des Knicks concentrés en défense, appliqués en attaque et avec de l’adresse en plus. Que demander de plus pour les New-Yorkais ? Pour l’instant rien, mais l’adaptation de Phoenix va être parfaite. Les Suns vont réussir à revenir à 5 points à la fin du premier quart temps (36-29) grâce à un Devin Booker qui porte à lui seul l’attaque des cactus.

Le deuxième et le troisième quart temps se ressemblent beaucoup dans leur physionomie. Des Knicks qui réussissent à garder un avantage entre 5 et 10 points, des Suns qui ne font pas le rapprochement pour passer devant mais qui reste à un run des joueurs en orange, et qui reste dans le match à chaque possession. Des Knicks qui doivent composer avec un Julius Randle extrêmement maladroit et très bien défendu par la paire Cameron Johnson et Mikal Bridges, qui ont réussi à enfermer l’intérieur de New-York dans une cage de laquelle il n’a jamais pu s’extirper (18 points, 6 rebonds et 4 passes à 35 % au tir). Pour les Suns, c’est toujours Devin Booker qui se charge de tout, avec de temps en temps Chris Paul venant pointer le bout de son nez, avec un petit mid-range dont il a le secret.

Le dernier quart temps va donner tout le sel à ce match. Puisque dans une enceinte surchauffée (bon on est loin des grandes ambiances du Garden mais on fait avec ce qu’on a), qui va venir applaudir les exploits successifs en attaque d’Immanuel Quickley, toujours parfait dans son rôle de feu follet en sortie de banc (11 points). Mais surtout le public va venir enflammer Derrick Rose, immense en sortie de banc. Le meneur devient le leader des Knicks sur la fin de match, et cumule des stats impressionnantes pour un remplaçant avec 22 points, 6 rebonds et 6 passes. Malheureusement, les exploits du banc de New-York n’auront pas raison du sang froid des Suns. Car si Devin Booker a été le MVP du match côté Phoenix, avec ses 33 pointsChris Paul est venu clôturer le game. Deux paniers incroyablement clutchs dans les dernières minutes, suivi par deux remises en jeu complètement ratées côté Knicks, et c’est les Suns qui repartent avec la win (118-110).

Comme d’habitude, New-York s’est battu, comme d’habitude New-York a joué des coudes comme d’habitude, mais comme d’habitude depuis 15 ans en NBA, Chris Paul était trop clutch. Les Suns étaient tous simplement trop létaux pour des Knicks encore un peu tendres.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités