Connect with us

Actualités

Le business est terrible en NBA : John Wall raconte l’épisode Russell Westbrook à Washington

John Wall
Source photo : Tidal League

NBA – Bien qu’on apprécie tous la NBA pour ses athlètes, son jeu, son spectacle, il ne faut pas oublier qu’elle reste avant tout un business. Beaucoup de joueurs dans l’histoire peuvent en attester et ça a été le cas pour John Wall qui a appris son futur trade par… Russell Westbrook et aux dernières nouvelles le Brodie n’est pas devenu agent ni GM.

Derrière ses matchs intenses, spectaculaires, remplis d’athlètes de classe mondial et d’artifice pour rendre le show encore plus chaud, la NBA est un business, ce n’est pas nouveau. Et dans ce milieu, il y a une règle claire : business is business. C’est ce que John Wall a expérimenté lors de son trade vers Houston en échange de Russell Westbrook. L’ancienne star de la capitale a appris la nouvelle d’une façon bien étrange. Il révèle sur Tidal League que c’est le Brodie lui-même qui le met au courant pour la première fois de ce trade via SMS.

« Russ m’a envoyé un message de nul part en me disant « DC essaye de m’avoir mais ils m’ont dit que tu ne veux pas partir. » Bien sûr que non, c’est ma franchise là où je me sens bien. »

Finalement la suite on la connait, John Wall est bien parti aux Rockets même si son passage là-bas est plus qu’anecdotique. Le summum du sportif payé des dizaines de millions à ne rien faire. Russell Westbrook a bien joué une saison chez les Wizards avec Bradley Beal. On se souvient de sa deuxième partie d’année folle en triple-double de moyenne et permettant aux siens d’arracher la huitième place, synonyme de Playoffs. Mais on se souvient aussi de la fessée royale prise par les Sixers d’un Joel Embiid remonté à bloc. John Wall n’est évidemment pas un cas isolé. Récemment, on se souvient de l’affaire Andre Drummond. Le pivot a dédié une grande partie de sa carrière aux Pistons qu’ils voulaient aller loin, avant d’être trade contre deux seconds tours de draft aux Cavaliers comme un malpropre.

La NBA est un business et le restera à jamais. Mais il est vrai que comme John Wall, on peut apprendre des nouvelles de manière assez cocasse. On peut se dire que plusieurs années plus tard, ça fait de bonnes anecdotes à raconter autour d’une table, mais sur le moment, la sensation presque de trahison ou d’être une marchandise ne doit pas être très agréable.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités