Connect with us

Actualités

La première phrase de Jason Kidd à Vince Carter à son arrivée chez les Nets

Source photo : USA TODAY

Vince Carter et Jason Kidd ont formé l’un des backourts les plus spectaculaires de l’histoire de la NBA. Vinsanity a évoqué ses premiers pas avec les Nets.

Le contexte : les Raptors et Vince Carter sont fâchés depuis de nombreux mois. Toronto résout « le problème » en envoyant VC à New Jersey fin 2004. Bien que les Nets furent l’une des plus grandes équipes à l’est lors de ce début des années 2000, la moitié de l’équipe est partie vers d’autres cieux.

Pire encore, Jason Kidd s’est blessé en playoffs 2004 à cause d’une vilaine faute de Chauncey Billups et ne sera plus jamais le même. Son niveau en prendra un coup à tel point que de 2004 à 2008, le joueur ne sera plus All-Star et ne sera plus jamais le meilleur meneur de la ligue. Cependant, Kidd reste Kidd. Toujours aussi complet, bon en défense, devenant solide au shoot mais il n’a plus ce punch en attaque et son scoring s’en retrouve affecté.

Ainsi, Richard Jefferson est propulsé meilleur marqueur de l’équipe. Puis Vince Carter débarque à son tour et devient la superstar de l’équipe, bien que Jason Kidd ait toujours les clés du camion, restant le leader des Nets car ça ne s’apprend pas. Au contraire, cela rassure Vince Carter, puisqu’il est plus libéré dans son nouveau rôle :

« Jason Kidd est mon meneur de jeu [raconte un Vince Carter soulagé]. Je me retourne à peine et le ballon est déjà en l’air. En tant que scoreur, mon seul job était de scorer. Je n’ai plus à battre mon joueur en un contre un constamment.

Un des meilleurs meneurs de l’histoire que j’ai jamais vu. On a déjà pu jouer ensemble au All-Star Game, team USA. Le premier jour avec J-Kidd il m’a dit, je t’envoie le ballon le plus haut possible pour savoir à quel point tu peux sauter aussi haut. C’est la première chose qu’il m’a dite. Alors au premier match, il m’envoie au alley-oop avec un ballon au niveau du haut du panneau. Mais vous me connaissez, j’ai essayé de l’attraper. »

Si Carmelo Anthony, Richard Jefferson, Vince Carter, Dirk Nowitzki ont atteint leur meilleur niveau avec la présence de J-Kidd, c’était bien pour une raison. Pour Jason Kidd, Vince Carter n’avait pas de limites. C’est ainsi qu’il le poussait à réaliser de choses qu’il n’avait jamais faites. En jouant avec un meneur de jeu de ce calibre, Vince trouvait que le jeu n’avait jamais était aussi facile. Tournant seulement à 15.9 points avec les Raptors, il est monté à 27.9 points avec les Nets.

Sortant d’un divorce violent avec Toronto, « Air Jersey » a retrouvé le plaisir du jeu et cela s’est vu en retrouvant un niveau qu’il n’avait pas eu depuis 2001. Il indique avoir retrouvé la faim de vouloir être un des meilleurs joueurs de la planète. Jason Kidd lui a permis de retrouver confiance en lui et Vinsanity était redevenu Vinsanity, grâce au meneur des Nets.

Bien que Jason Kidd tourne parfois à un triple-double de moyenne en playoffs, un Richard Jefferson à 20 points et un Vince Carter à 30 points, les Nets n’avaient pas une équipe équilibrée. Les autres joueurs du roster étaient des joueurs qui seraient 10ème, 11ème pour ne pas dire 12ème homme dans des équipes qui jouent le titre. Malheureusement, l’équipe n’ira jamais au bout mais qu’est ce qu’elle fut fun pour des millions de fans NBA.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Actualités