*
Connect with us

Actualités

La NBA réagit au procès de Rittenhouse : « Un verdict décevant mais pas surprenant »

En lutte constante pour la justice sociale, la NBA n’est pas passée à côté du procès de Rittenhouse. Toute l’Amérique d’ailleurs. Le tueur est ressorti libre et les joueurs NBA ont tenu à réagir à cette libération…

Retour sur les faits. En 2020, alors que la NBA est dans la bulle, Rittenhouse se trouve à une manifestation antiraciste dans le Wisconsin. Il aura tué deux hommes avec son fusil d’assaut, pour « protéger » les commences avec d’autres groupes armés. Jugé pour ces meurtres, les 12 jurés l’ont déclaré non coupable. En premier lieu, c’est naturellement Khris Middleton, star des Bucks dans le Wisconsin qui a pris la parole : « Nous avons parlé un peu [du verdict] en équipe. Personnellement, c’était vraiment décevant, mais en même temps, ce n’était vraiment pas surprenant pour le verdict. J’ai regardé [le procès] un peu et j’ai pu suivre, mais c’est quelque chose que je pense nous avons tous vu maintes et maintes fois. »

Une série de réactions a suivi parmi les joueurs. Ja Morant tweetait qu’il ne trouvait pas ça « surprenant », Fred VanVleet indiquait la même chose mais l’homme est toujours plein d’espoir et veut penser à l’impensable : « Je pense que nous devons continuer à utiliser les outils dont nous disposons. Je pense que les choses changent et qu’elles continueront de changer. Nous ne pouvons pas perdre notre concentration, nous ne pouvons pas perdre espoir. » Karl-Anthony Tows parle lui d’un système cassé. Ce n’est pas la première affaire récente dans le Wisconsin. Jacob Blake avait pris 3 balles dans le dos devant ses enfants, par un policier. Ce dernier n’avait pas été inculpé.

Miami Heat: Sports, Race and the Murder of Trayvon Martin | Bleacher Report  | Latest News, Videos and Highlights

Lebron James en 2012 : « Nous sommes Trayvon Martin. Capuches. Stéréotypes. Nous voulons la justice ».

C’est une histoire triste, qui se répète encore et encore. On se demande vraiment si le système avance vers la bonne direction. C’est lors des années (début 2010) que « Black Lives Matter » prend naissance et à ce moment, les joueurs vont prendre position pour la première fois de leur histoire. Trayvon Martin se fera assassiner en floride. Pour avoir porté une capuche, il se fera tuer. Le jeune homme de 17 ans mort, allait voir son père et ne portait pas d’arme. Son tueur, un vigile, a été libéré. On laissera le mot de la fin à Steve Kerr, pour essayer de garder espoir :

« Le fait que nous soyons apparemment d’accord avec le droit d’un adolescent d’emmener un AR-15 dans une zone où il y a des troubles civils, c’est vraiment effrayant et préoccupant. C’est là où nous en sommes avec les lois sur les armes à feu. C’est pourquoi nous devons mettre en place des lois sur les armes à feu plus sûres pour nous protéger, pour nous protéger les uns les autres.

Ce n’était pas un verdict choquant, mais un verdict qui présente un grand risque pour l’avenir si nous continuons à emprunter cette voie et que les États déterminent que les gens peuvent porter, même les mineurs, des armes de guerre. C’est l’Amérique. un chemin dangereux. »

C’est toute la NBA, qui a réagi mais aussi beaucoup de journalistes. Un homme blanc, a de nouveau échappé à la justice et c’est toute la ligue mais aussi tout le pays qui voit encore et encore le même film.

Evan Fournier se lâche et dit ses 4 vérités sur sa situation aux Knicks

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités