*
Connect with us

Histoire des règles

La naissance de la règle Rasheed Wallace : les bavards, veuillez circuler

Source photo : Ballislife

On continue les faits historiques de la NBA. Big Shaq Daddy n’est pas le seul à avoir changé l’histoire de la NBA, Rasheed Wallace l’a fait à sa manière. Lors de l’été 2006, les joueurs n’avaient plus le droit d’être aussi bavards avec les arbitres.

Est-ce que le départ de Larry Brown a changé la mentalité de Rasheed Wallace ? Lors de la saison 2004-2005, les Pistons vont en finale et échouent en 7 matchs dans une finale old school et portée vers la défense contre les Spurs. Lors de l’été suivant, Larry Brown veut perdre goût à la vie en allant entraîner les Knicks de Stephon Marbury. Comme attendue, la saison sera un échec et le champion 2004 se fait virer une saison plus tard. Les Pistons quant à eux, oublient la rigueur offensive grâce à Flip Saunders, paix à son âme, et ses joueurs se libèrent à tel point que 4 d’entre eux sont envoyés au All-Star Game. Défaits 4 à 3 en 2005, Dwyane Wade prend sa revanche, lui qui était responsable de la défaite dans le game 7, et Miami file en finale en 6 matchs et élimine les Pistons en 2006. Durant cette même saison, Rasheed Wallace est incontrôlable, lui qui possède le record de fautes techniques (41 lors de la saison 2000-2001), il n’a rien perdu de sa bavardise. Après le titre du Heat, les règles changent ainsi, le regretté Davis Stern en avait sa claque des plaintes des joueurs auprès des refs :

« En 22 ans de NBA, je n’ai jamais vu un arbitre revenir sur une décision. En d’autres termes, cela ne sert à rien de contester. De plus, cela donne vraiment une mauvaise image de notre sport. C’est une perte de temps. Que les joueurs gardent leur énergie pour courir et souffler. »

La nouvelle règle était ainsi la suivante, dès qu’un joueur revenait à la charge, tel un enfant qui demande un nouveau jouet, il recevait une faute technique. C’est aussi à partir de la moitié des années 2000 que la NBA se dirige clairement vers l’attaque. A l’époque, il recevait une amende de 1000 dollars pour une faute technique et plus le joueur en recevait et plus il devait payer cher (2500 dollars à partir des 16 fautes techniques). En plus de cette règle pour éviter les complaintes, un joueur est suspendu s’il reçoit 16 fautes techniques en SR (7 en playoffs), tout ça sans salaire. Parmi les joueurs avec le plus de fautes techniques, on retrouve un sacré trio (dans l’ordre) : Charles Barkley, Karl Malone et Rasheed Wallace. Pour les aboyeurs, le fait de ne plus pouvoir rouspéter a été dure à encaisser :

« On se croirait dans un pays communiste. Kevin Garnett

Ce n’est pas la première fois que la NBA nous sort une règle anti-Sheed. » … Rasheed Wallace

Voilà comment la NBA s’est portée plus que jamais vers le spectacle et l’attaque. Rasheed Wallace est en tout cas un sacré phénomène dans tous les sens du terme. Il a changé le jeu à sa manière.

Damian Lillard trolle Paul George : le meneur ne croit pas une seule seconde l’arrière

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Histoire des règles